vendredi, février 23

3 Risques liés à l’investissement dans le marché boursier – Volatilité, timing et excès de confiance

1448

acheter ou vendre des actions volatilesLe risque et le rendement sont inextricablement liés et, par conséquent, le risque est inhérent à tous les instruments financiers. Warren Buffett, un investisseur boursier reconnu, aurait expliqué sa philosophie de placement à un groupe d’étudiants de la Wharton Business School en 2003 : “J’aime bien aller prendre des pauses. J’aime tirer sur les poissons dans un tonneau. Il est difficile de réduire toutes les variables qui affectent un investissement en actions, surtout les risques cachés suivants.

1. Volatilité

Parfois appelée ” risque de marché ” ou ” risque involontaire “, la volatilité fait référence aux fluctuations du cours d’un titre ou d’un portefeuille sur une période annuelle. Tous les titres sont assujettis à des risques de marché qui comprennent des événements indépendants de la volonté de l’investisseur. Ces événements affectent l’ensemble du marché, pas seulement une entreprise ou un secteur d’activité, mais les événements géopolitiques. Les économies mondiales sont liées dans un monde globalisé, de sorte qu’une récession en Chine peut avoir des effets désastreux sur l’économie des États-Unis. Le retrait de la Grande-Bretagne de l’Union européenne ou la répudiation de l’ALENA par une nouvelle administration américaine pourrait déclencher une guerre commerciale entre pays ayant des effets dévastateurs sur des économies individuelles dans le monde entier. Les politiques monétaires, les réglementations ou déréglementations imprévues, les révisions fiscales, les changements de taux d’intérêt ou les conditions météorologiques affectent le produit intérieur brut (PIB) des pays, ainsi que les relations entre pays. Les entreprises et les industries sont également touchées par l’inflation. Aussi appelé ” risque lié au pouvoir d’achat “, la valeur future des actifs ou du revenu peut être réduite en raison de l’augmentation du coût des biens et des services ou d’une action délibérée du gouvernement. La volatilité n’indique pas la direction d’un mouvement de prix (à la hausse ou à la baisse), mais seulement l’amplitude des fluctuations de prix au cours de la période. Il est exprimé en “bêta” et vise à refléter la corrélation entre le cours d’un titre et le marché dans son ensemble, habituellement le S&P 500:A bêta de 1 (faible volatilité) suggère que le cours d’une action évoluera de concert avec le marché. Par exemple, si le S&P 500 se déplace de 10 %, l’action se déplacera de 10 %. bêta inférieur à 1 (très faible volatilité) signifie que le cours du titre fluctue moins que le marché – un bêta de 0,5 suggère qu’un mouvement de 10 % sur le marché produira seulement un mouvement de 5 % du cours du titre. bêta supérieur à 1 (forte volatilité) signifie que le titre est plus volatile que le marché en entier. Selon Ted Noon, premier vice-président de Gestion d’actifs Acadian, la mise en œuvre de stratégies à faible volatilité – par exemple, le choix de placements à faible bêta – permet de conserver une exposition complète aux marchés boursiers tout en évitant des résultats à la baisse difficiles. Toutefois, Joseph Flaherty, chef de la gestion du risque de placement de MFS Investment Management, met en garde contre le fait que la réduction du risque consiste “moins à se concentrer sur une faible volatilité qu’à éviter une volatilité élevée” (

A lire en complément : 3 types d'économies à faire dès maintenant : urgence, retraite et soins personnels

Strategies to Manage Volatility

Parmi les stratégies visant à réduire l’incidence de la volatilité, mentionnons : Investir dans des actions dont les dividendes sont en hausse constante. Legg Mason a récemment lancé son FNB à faible volatilité et à dividendes élevés (LVHD), basé sur une stratégie d’investissement à dividendes élevés durables et à faible volatilité.ajoutant des obligations au portefeuille.John Rafal, fondateur d’Essex Financial Services, affirme qu’une combinaison d’obligations et d’actions de 60 à 40% produira des gains annuels moyens correspondant à 75% du portefeuille avec une volatilité réduite de moitié.et une exposition aux titres à forte volatilité. La réduction ou l’élimination des titres à volatilité élevée d’un portefeuille réduira le risque de marché global. Il existe des fonds communs de placement tels que Vanguard Global Minimum Volatility (VMVFX) ou des fonds négociés en bourse (ETF) comme les PowerShares S&P 500 ex-Rate Low Volatility Portfolio (XRLV), gérés spécialement pour réduire la volatilité.Hedging. Le risque ou la volatilité du marché peut être réduit en prenant une position de contrepartie ou de compensation dans un titre connexe. Par exemple, un investisseur qui détient un portefeuille d’actions à volatilité faible ou modérée pourrait acheter un FNB inverse pour se protéger contre une baisse du marché. Un FNB inverse – parfois appelé “FNB à découvert” ou “FNB baissier” – est conçu pour réaliser l’inverse de l’indice qu’il suit. En d’autres termes, si l’indice S&P 500 augmente de 5 %, le FNB inverse S&P 500 perd simultanément 5 % de sa valeur. En combinant le portefeuille avec le FNB inverse, toute perte sur le portefeuille serait compensée par des gains sur le FNB. Bien que cela soit théoriquement possible, les investisseurs doivent être conscients qu’une compensation exacte du risque de volatilité dans la pratique peut être difficile à établir.

2. Calendrier

Les experts du marché prétendent que la clé de la richesse boursière est évidente : acheter bas et vendre haut. Bon conseil, peut-être, mais difficile à mettre en œuvre car les prix changent constamment. Quiconque a investi pendant un certain temps a éprouvé la frustration d’acheter au prix le plus élevé de la journée, de la semaine ou de l’année – ou, inversement, de vendre une action à sa valeur la plus basse.essayer de prévoir les prix futurs (” timing du marché “) est difficile, voire impossible, surtout à court terme. En d’autres termes, il est peu probable qu’un investisseur puisse surperformer le marché sur une période importante.Katherine Roy, stratégiste en chef de la retraite chez J.P. Morgan Asset Management, souligne : ” Vous devez deviner deux fois juste. Vous devez deviner à l’avance quand le pic sera – ou a été. Cette difficulté a conduit à l’élaboration de l’hypothèse d’un marché efficient (EMH) et à la théorie de la marche aléatoire des cours boursiers qui s’y rapporte. Élaborée par M. Eugene Fama, de l’Université de Chicago, l’hypothèse suppose que les marchés financiers sont efficaces sur le plan de l’information, de sorte que les cours des actions reflètent tout ce que l’on sait ou que l’on prévoit pour un titre donné. Lorsque de nouvelles données apparaissent, le prix du marché s’adapte instantanément aux nouvelles conditions. Par conséquent, il n’y a pas d’actions “sous-évaluées” ou “surévaluées”.

A lire en complément : Pourquoi choisir une banque en ligne ?

Faire face au risque de synchronisation

Les investisseurs peuvent atténuer les risques temporels associés aux titres individuels grâce aux stratégies suivantes : achats périodiques par sommes fixes. Les risques temporels peuvent être réduits en achetant ou en vendant un montant fixe en dollars ou un pourcentage d’un titre ou d’un portefeuille détenu selon un calendrier régulier, peu importe le cours des actions. Parfois appelée ” régime à dollar constant “, la méthode d’achats périodiques par sommes fixes permet d’acheter un plus grand nombre d’actions lorsque le cours de l’action est bas et un moins grand nombre lorsque le cours est élevé. Grâce à cette technique, l’investisseur réduit le risque d’acheter en haut de l’échelle ou de vendre en bas de l’échelle. Cette technique est souvent utilisée pour financer les placements de l’IRA lorsque les cotisations sont déduites à chaque période de paie.Nasdaqnotes que la pratique de la moyenne d’achat en dollars peut protéger un investisseur contre les fluctuations du marché et le risque de baisse.Index Fund Investing. Dans l’exemple classique de “If you can’t beat them, join them”, Fama et son disciple, John Bogle, évitent les risques temporels spécifiques liés à la détention d’actions individuelles, préférant posséder des fonds indiciels qui reflètent le marché dans son ensemble. Selon The Motley Fool, la plupart des investisseurs, y compris les gestionnaires de placements les plus en vue, n’ont pas les moyens d’appeler le marché avec précision. The Motley Fool souligne que moins de 20 % des fonds communs de placement diversifiés à grande capitalisation gérés activement ont surperformé le S&P au cours des dix dernières années.

3. Confiance excessive

E.B. White, auteur de Charlotte’s Web et chroniqueur de longue date pour The New Yorker, a écrit un jour : “La chance n’est pas quelque chose que l’on peut mentionner en présence d’un self-made man” Selonew Research, les Américains rejettent en particulier l’idée que des forces indépendantes de leur volonté (la chance) déterminent leur succès. En octobre 2013, Tweeter Home Entertainment Group, une société d’électronique grand public qui a fait faillite en 2007, a connu une hausse du cours de son action de plus de 1 000 %. Le volume de l’action était si élevé que la FINRA a cessé de négocier l’action. J.J.J. Kinahan, stratège en chef chez TD Ameritrade, a déclaré dans Forbes : “C’est un parfait exemple de personnes qui ne font aucun travail à la maison. Investir peut être difficile, alors ne vous mettez pas derrière la boule 8 pour commencer.” Même une enquête superficielle aurait informé les investisseurs potentiels que Twitter n’était pas cotée en bourse, ayant son introduction en bourse un mois plus tard.succès boursier est le résultat de l’analyse et la logique, pas les émotions. L’excès de confiance peut mener à l’une ou l’autre des situations suivantes : Ne pas reconnaître ses préjugés. Tout le monde en a, selon le CFPHugh Anderson. Etre biaisé peut vous conduire à suivre le troupeau et donner la préférence aux informations qui confirment votre point de vue actuel : trop de concentration dans un seul stock ou une seule industrie. Etre sûr d’avoir raison peut conduire à mettre tous ses œufs dans le même panier sans reconnaître la possibilité que la volatilité soit toujours présente, surtout à court terme. La combinaison de l’avidité et de la certitude que votre décision d’investissement est la bonne mène à emprunter ou à négocier sur marge pour maximiser vos profits. Bien que l’effet de levier augmente le potentiel de hausse, il augmente également l’impact d’un mouvement défavorable des prix. Ceux qui se sentent le plus à l’aise dans leurs capacités financières croient souvent qu’ils peuvent chronométrer le marché, en choisissant le moment optimal pour acheter, vendre ou se retirer du marché. Toutefois, cela peut signifier que vous serez hors du marché lorsqu’un mouvement important se produira. Selon l’analyse quantitative du comportement de l’investisseur DALBAR 2016, l’investisseur moyen – qui entre et sort du marché – a gagné près de la moitié de ce qu’il aurait gagné au cours des 15 dernières années s’il avait égalé la performance du S&P 500. J.P. Morgan’s Roy note que si un investisseur avait été hors du marché seulement les 10 meilleurs jours au cours des 20 dernières larmes – une période de 7 300 jours – le rendement aurait été réduit de moitié.

Stratégies pour rester au sol

Les stratégies visant à réduire l’impact de l’excès de confiance comprennent les suivantes : Répartissez vos risques. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une garantie contre les pertes, la diversification protège contre les pertes simultanées. Jim Cramerof TV’s Mad Money recommande un minimum de 10 actions et un maximum de 15 dans un portefeuille. Moins de 10, c’est trop de concentration et plus de 15, c’est trop difficile à suivre pour l’investisseur moyen. Cramer recommande également d’investir dans cinq industries ou secteurs différents. Les investisseurs devraient noter que l’un des avantages des fonds communs de placement et des FNB est la diversification automatique : acheter et conserver. Warren Buffett est peut-être le plus célèbre et le plus ardent partisan de la stratégie d’achat et de détention actuelle. Dans une entrevue accordée en 2016 à On The Money de CNBC, M. Buffett a déclaré : ” L’argent est investi en investissant et en possédant de bonnes entreprises pendant de longues périodes. S’ils[les investisseurs] achètent de bonnes entreprises, achetez-les au fil du temps, ils s’en sortiront bien dans 10, 20 ou 30 ans : ” Évitez d’emprunter. L’effet de levier, c’est quand vous empruntez de l’argent pour investir. Et si l’effet de levier peut amplifier les profits, il peut aussi amplifier les pertes. Cela augmente la pression psychologique pour vendre des positions boursières pendant les périodes de baisse des marchés. Si vous avez tendance à emprunter pour investir (pour payer votre style de vie), vous feriez bien de vous rappeler les conseils de gourous de la finance tels que Dave Ramsey, qui met en garde : “La dette est stupide. L’argent comptant est roi.” Ou Warren Buffett, qui affirme : ” J’ai vu plus de gens échouer à cause de l’alcool et de l’effet de levier – l’effet de levier étant de l’argent emprunté. Vous n’avez pas vraiment besoin de levier dans ce monde. Si vous êtes intelligent, vous allez gagner beaucoup d’argent sans emprunter.”

Mot de la fin

“Ce n’est pas ce que tu fais, c’est ce que tu gardes qui compte.” La source de cette citation largement reconnue est incertaine, mais on peut la trouver dans presque toutes les listes de citations célèbres sur le marché boursier. Cet adage illustre la nécessité de réduire autant que possible le risque dans le cadre d’un investissement. Il est dévastateur – et souvent inutile – de réaliser des gains importants sur les marchés boursiers, pour ensuite les perdre en cas d’événement désastreux.Robert Arnott, fondateur de la société de gestion d’actifs Research Affiliates, a identifié le dilemme de la relation entre le risque et le rendement : “En investissant, ce qui est confortable est rarement rentable.” En utilisant certaines de ces stratégies, comme les achats périodiques par sommes fixes, la réduction de la volatilité du portefeuille et la diversification, vous pouvez protéger votre patrimoine et mieux dormir la nuit Quelles mesures prenez-vous pour réduire votre exposition aux événements négatifs ?

4 Diversification insuffisante

La diversification est l’un des principaux moyens de gérer le risque dans un portefeuille d’investissement. De nombreux investisseurs ne comprennent pas pleinement la nécessité d’une diversification adéquate et sont souvent mal équipés pour y parvenir.

Un portefeuille bien diversifié comprend une variété d’actifs différents tels que des actions, des obligations, des fonds communs de placement et peut-être même de l’immobilier ou des matières premières. La clé est de trouver un équilibre entre les différentes classes d’actifs qui convient à votre profil de risque individuel.

Certains investisseurs se retrouvent avec une exposition trop importante à une seule entreprise ou à un seul secteur. Par exemple, si vous avez la majorité de vos économies en actions technologiques et que le marché subit une correction majeure dans ce secteur spécifique, vous pourriez perdre presque tout votre capital.

Bien que deux actifs puissent sembler très différents (par exemple Apple vs Microsoft), ils peuvent être étroitement liés car leurs prix varient généralement ensemble sur le marché boursier. À cet effet, il est suggéré aux particuliers de chercher à se construire eux-mêmes leur propre portefeuille équilibré avec plusieurs valeurs différentes plutôt que de placer toute leur épargne chez un gestionnaire en qui ils ont toute confiance sans savoir exactement quelle sera la composition réelle du produit financier proposé.

Une bonne règle empirique consiste à ne jamais mettre plus de 5% du capital total dans une seule entreprise ou industrie. Mieux vaut opter pour une diversification équilibrée, qui permettra de réduire le risque et d’augmenter vos chances de succès à long terme en investissant dans le marché boursier.

5 Influence des actualités sur les choix d’investissement

Les actualités ont une grande influence sur le marché boursier et peuvent avoir un impact significatif sur vos investissements. Les événements politiques, économiques et sociaux peuvent tous affecter la valeur des actions.

Vous devez garder à l’esprit que les médias sont souvent vendeurs de panique. Lorsque quelque chose se passe (comme une pandémie mondiale), les médias en font leurs gros titres et cela peut donner l’impression que tout s’effondre. Vous devez comprendre que ces événements ne signifient pas nécessairement la fin du monde financier.

En revanche, certaines nouvelles peuvent influencer positivement ou négativement le cours d’une entreprise : annonce d’un nouveau produit innovant faisant augmenter la demande pour un bien ou un service proposé par cette entreprise ; révélation d’une fraude comptable diminuant drastiquement sa valorisation boursière…

L’état général de l’économie nationale peut aussi jouer un rôle dans vos choix d’investissement. Il y a généralement trois phases économiques différentes : expansion (croissance soutenue), ralentissement (fluctuations) et contraction (récession). Dans chaque phase, il peut être judicieux de détenir différents types d’actifs financiers, car ils évoluent différemment selon ces périodes.

L’influence des analystes financiers

Dans le même ordre d’idées, vous devez aussi faire attention aux recommandations d’analystes financiers. Ils publient des rapports sur les sociétés, notamment lors de la publication de résultats trimestriels et annuels. Vous devez noter que leurs recommandations sont souvent basées sur leur opinion personnelle et peuvent être influencées par des facteurs qui ne sont pas toujours clairs pour le grand public.

Investir dans le marché boursier comporte bien sûr certains risques. La volatilité, la confiance excessive et le mauvais timing peuvent tous entraîner des perturbations importantes dans votre portefeuille.

Cela ne signifie pas que vous devriez éviter complètement ce type d’investissement. Avec une bonne compréhension des risques impliqués ainsi qu’une diversification appropriée, vous pouvez profiter pleinement du potentiel lucratif à long terme offert par le marché boursier tout en minimisant vos perturbations éventuelles.