samedi, février 8

Des écoles cool : Comment un leader d’une micro-école suit une philosophie éducative unique

29

Dans le Chat EdChoice d’aujourd’hui, nous poursuivons notre série Cool Schools avec une interview avec le fondateur et directeur de la Highlands Micro School. Mike McShane et Anne Wintemute parlent des fondements de la journée scolaire, mais aussi des philosophies sous-jacentes de l’éducation et de l’éducation des enfants qui ont amené Anne à fonder l’école. Écoutez le balado complet ou faites défiler pour lire la transcription de l’entrevue.

ÉCOUTER SUR ITUNES

A lire en complément : Les enseignants veulent juste enseigner : Entrevue avec Stanton Skerjanec, enseignant et partisan du choix de l'école

ÉCOUTER SUR STITCHER

Mike McShane : Aujourd’hui, dans la baladodiffusion, nous recevons Anne Wintemute de la Highlands Micro School. Highlands s’est décrite comme une école élémentaire progressiste, non religieuse et indépendante dans le nord-ouest de Denver, au Colorado. C’est une très petite école, d’où le terme “micro”, et à leur capacité, ils espèrent servir un grand total de 24 élèves. Anne est la fondatrice et directrice de la Highlands Micro School.

A voir aussi : Des écoles cool : Comment la préparation urbaine s'épanouit dans un quartier mal desservi

Nous avons une conversation très intéressante avec vous aujourd’hui, non seulement au sujet du mot à la mode – des choses comme “micro écoles” ou “éducation progressive” ou n’importe laquelle de ces choses, mais en fait une conversation plus approfondie sur leur orientation philosophique. Comment ils perçoivent les enfants, les responsabilités qu’ils devraient être en mesure d’assumer et la meilleure façon de les éduquer. Sans plus attendre, ma conversation avec Anne Wintemute.

Ok, donc quand on voit le terme “micro école”, c’est quelque chose qui, je pense, apparaît dans beaucoup d’articles différents, je lis des articles d’EdWeek, je vois des nouvelles et d’autres articles. J’adorerais, peut-être qu’on pourrait commencer par ce qu’est une micro-école ?

Anne Wintemute : Eh bien, les micro-écoles sous une forme similaire à celle dont elles sont représentées aujourd’hui existent depuis le début de l’éducation. Il s’agit généralement de petits groupes de personnes partageant les mêmes idées et partageant les mêmes intérêts en ce qui concerne le rôle de l’éducation dans la vie d’un enfant. A l’origine, il s’agissait d’écoles de petites villes. Au fur et à mesure que les écoles ont commencé à se consolider au fil des ans, elles se sont agrandies.

Mais beaucoup de petites écoles comme la nôtre continuent d’exister. Aujourd’hui, on observe une tendance croissante à retourner dans ces petites écoles où les enfants étaient profondément connus, ont passé de nombreuses années avec les mêmes enseignants, ont poursuivi des choses qui les intéressaient particulièrement, et ont vraiment développé leur personnalité et leur caractère en même temps que leurs études.

Aujourd’hui, il y a plus d’influence de la technologie dans les micro-écoles. Je pense qu’il y en a deux types en ce moment : l’un qui repousse un peu vers ce modèle d’école de l’ancien monde et l’autre qui s’écrase vers l’avenir en ce qui concerne les plateformes que la technologie peut créer pour produire des programmes pour les élèves dans leurs écoles.

Mike McShane : Alors maintenant, dans votre école, dans lequel de ces deux camps se trouve-t-il, d’après vous ?

Anne Wintemute : Nous sommes certainement une école de basse technologie comparée à beaucoup d’autres micro-écoles. Un peu plus de nostalgie. Nous considérons que la technologie a un rôle à jouer dans la collecte d’informations sur le monde extérieur, dans la reproduction de notre compréhension de l’information, que ce soit par le biais de présentations PowerPoint ou de Claymation ou, évidemment, les étudiants tapent des travaux.

Nous utilisons la technologie en complément dans des domaines où nous n’avons peut-être pas autant d’expertise en enseignement, par exemple le codage est quelque chose qui est utilisé, il y a quelque chose pour lequel nous utilisons la technologie ici. Mais dans notre espace K-1, il n’y a presque aucune utilisation d’ordinateur. Cela diffère nettement des autres micro-écoles bien connues, comme les écoles alternatives, où les étudiants viennent avec un iPad comme un appendice à leur expérience éducative.

Mike McShane : J’allais dire qu’il serait difficile de coder sans ordinateur. J’imagine que tu pourrais, mais ton poignet pourrait se fatiguer de ça.

Anne Wintemute : C’est vrai ! C’est vrai ! Je parlais plus précisément de l’instruction sur le codage. Nous n’avons pas de professeur de codage, donc ce n’est pas seulement quelque chose qui s’exerce à l’aide d’un outil informatique. C’est appris et apprécié grâce à cet outil.

Mike McShane : Cool. Vous servez combien d’étudiants actuellement ?

Anne Wintemute : Nous avons 22 étudiants. Nous en sommes à notre deuxième année. Nous avons une capacité d’accueil d’environ 24 étudiants sur notre site. En grandissant, nous serons de la maternelle à la 5e année. Nous sommes actuellement, l’année prochaine, nous serons de K à 4.

Mike McShane : Et est-ce que vous ajoutez une année scolaire chaque année, est-ce votre plan ? Par quoi avez-vous commencé ?

Anne Wintemute : C’était notre intention initiale. Nous avons commencé avec des enfants de maternelle et de première année. J’utilise ces termes comme l’équivalent d’une école élémentaire supérieure et d’une école élémentaire inférieure. Et puis nous avons anticipé notre deuxième année que nous ajouterions une nouvelle classe de maternelle et ensuite nous serions K, one, two. Mais à l’époque, nous étions assez intéressés par l’expansion de la classe supérieure de l’élémentaire, alors nous avons pris de l’avance et nous l’avons fait plus tôt que prévu.

Mike McShane : C’est formidable. J’essaie donc de visualiser l’expérience de l’étudiant. Nous pourrions peut-être commencer par l’environnement physique. À quoi ressemble votre école ? Qu’est-ce qu’un enfant voit quand il franchit la porte ?

Anne Wintemute : Tout d’abord, ils vont voir des maisons d’habitation tout autour de nous. Nous sommes dans un quartier résidentiel. Nous avons converti ce qui était un duplex loué en ce qui est maintenant une école de deux pièces. Vu du bord du trottoir, il ressemble beaucoup à une propriété résidentielle, sauf qu’il a un peu de flair d’école jaune avec un petit clocher de coupole au sommet et un drapeau américain flottant devant.

Lorsqu’ils entrent, ils vont voir une atmosphère qui est un mélange entre l’espace d’une salle de classe et l’espace d’une maison. La façon dont les enfants rangent leurs chaussures, leurs vestes et leurs sacs à dos ressemble beaucoup plus à la maison. Il y a des canapés, une variété d’options de sièges et de tables. Coin bibliothèque.

Il y a une cuisinette : les enfants préparent leur repas ici comme ils le feraient à la maison ou comme les adultes dans un bureau. On ne vend pas de nourriture. Ils l’apportent, ils le réchauffent, ils hachent la salade s’il le faut. C’est un mélange entre ce que l’on s’attend à voir dans une maison et ce que l’on s’attend à voir dans une école. Il n’y a pas de mur. Les deux salles de classe sont séparées par une cuisine commune.

Mike McShane : D’après le processus d’apprentissage, à quoi ressemble une journée typique pour un élève ?

Anne Wintemute : Une journée typique offre beaucoup de choix. Tous les enfants ont établi au début de chaque semaine ce qu’ils ont l’intention d’accomplir au cours de cette semaine, et ils le mettront dans ce qu’ils appelleraient un dossier “Have to”. Beaucoup de temps est passé en groupe, à travailler ensemble dans des activités structurées. Et puis, il reste des blocs où les élèves complètent indépendamment le travail qu’ils ont dans leurs dossiers “Have to”. Évidemment, surtout à l’école primaire, et moins dans certains milieux scolaires de premier cycle et secondaires, il y a beaucoup d’acquisition de compétences. Les enfants apprennent les principes fondamentaux des mathématiques avant de mettre en pratique des principes plus appliqués.

Mike McShane : Et est-ce que c’est davantage dirigé par les enseignants pour les obtenir ? J’apprécie que les enfants tracent leur propre voie et qu’ils aient d’autres possibilités, mais peut-être que certaines de ces compétences fondamentales qu’ils ont besoin de connaître ne les intéressent pas nécessairement ou qu’ils n’y vont pas de leur propre gré, alors quel rôle joue l’enseignant pour guider les élèves vers les choses qu’ils doivent savoir ?

Anne Wintemute : Je ne suis pas tout à fait d’accord avec cette prémisse.

Mike McShane : Je vous en prie.

Anne Wintemute : Nous avons constaté que lorsque les enfants s’investissent dans les objectifs qu’ils se sont fixés, ils sont en fait très désireux d’accomplir des tâches qui, dans un autre environnement où l’objectif a été fixé pour eux, pourraient ne pas les intéresser particulièrement.

Cela dit, les jeunes élèves sont guidés dans leur accès à l’information autant qu’ils le sont dans leurs compétences réelles. Des choses comme la lecture peuvent donc être un obstacle à l’accès à un problème de mots. Élaborer des stratégies de rétention sur les plaques de pression. Il s’agit de problèmes d’accès à ces mots. Une grande partie de l’enseignement direct qui est dispensé repose sur la création d’un accès permettant à ces enfants de s’asseoir et de faire face à des problèmes qu’ils ne connaissent pas bien.

Ces compétences, l’apprentissage de l’apprentissage des compétences, est une prémisse fondamentale ici à l’école. Nous sommes moins intéressés à enseigner aux enfants comment faire quelque chose ou quoi faire qu’à leur permettre de s’asseoir et de comprendre quels processus sont nécessaires pour atteindre leurs propres objectifs.

Mike McShane : Et donc, comme vous décrivez votre école, je pense que certaines personnes pourraient se concentrer sur l’élément “micro”, c’est-à-dire que c’est une très petite école dans cet environnement résidentiel. Mais l’une des choses qui me frappe, c’est qu’il me semble que vous avez tous une attitude différente à l’égard des enfants que celle qui prévaut dans bon nombre d’écoles du pays. Même l’anecdote que tu m’as racontée si les enfants ont besoin de venir couper une salade. J’imagine que cela implique de donner à un petit enfant un couteau pour couper des choses que peut-être d’autres personnes dans les écoles…

Anne Wintemute : Oh mon Dieu, ne regarde pas sur notre terrain de jeu ! Vous verrez les scies, les perceuses et tout ce qu’il y a dehors.

Mike McShane : Je pense donc que j’étais moi-même enseignante, que je venais d’une famille d’enseignants et de diverses écoles où ils ont enseigné, et que si vous alliez dire : “Hé, d’accord, d’accord, on va donner aux enfants des scies et des perceuses demain,” ou “On va leur donner des couteaux pour couper des choses,” il pourrait y avoir une grande agitation à ce sujet.

J’aimerais donc savoir d’où vient cette philosophie, comment elle se manifeste, comment les enfants y réagissent-ils selon vous ? J’aimerais connaître toute cette orientation philosophique de votre école.

Anne Wintemute : Ouais. Ainsi, le risque et la prise de risque sont innés dans notre humanité. Il n’y a pas d’apprentissage, pas d’exploration, pas de frontière si les gens ne sont pas prêts à prendre des risques. Nous nous isolons, les enfants, du risque, et je pense que c’est à leur détriment.

Nous les protégeons contre les risques académiques. Nous le faisons en attribuant des notes. Le seul risque, c’est qu’ils obtiennent ou non la note : il n’a jamais été un risque intellectuel ou un risque académique. Nous les protégeons des risques physiques en rendant les terrains de jeux tellement à l’abri des poursuites judiciaires que l’occasion de tomber du bord de quelque chose et de réaliser qu’il faut faire attention à la surface où l’on se trouve, ces risques sont supprimés.

Nos étudiants ont toujours, chaque fois qu’ils sont à l’extérieur, accès à l’établi. Il y a des scies, des vis, des perceuses, des pinces à étau, et il y a un bac à poussière à côté et on s’attend à ce que toutes les scies soient suspendues de nouveau lorsqu’elles sont prêtes et que la surface soit balayée.

Ces enfants ne considèrent pas les outils comme dangereux. Ils les considèrent comme des éléments qui les aident à créer et à construire le monde qui les entoure. Nous passons beaucoup de temps en début d’année outil par outil, et ceci peut être un couteau de cuisine ou une gomme ou un taille-crayon : comment utiliser cet outil ? Qu’est-ce que cet outil signifie pour nous ? Qu’est-ce qui pourrait le casser ? Comment l’outil nous donne-t-il accès à d’autres choses ? Comment on nettoie après ?

Et les enfants sont tellement investis dans leur espace. Ils se sentent respectés, en qui ils ont confiance, et ils ne veulent pas violer cela. Ils travaillent très fort pour s’assurer que ce respect va dans les deux sens et qu’il n’y a rien qui va l’affecter.

Mike McShane : J’imagine donc qu’il faudra peut-être qu’un parent ou une famille d’un genre particulier pour adhérer à cette mentalité. J’imagine, et encore une fois, corrigez-moi si je me trompe, mais c’est une sorte d’attitude au sujet de l’éducation des enfants qu’il faudrait partager dans le milieu familial. Comment devez-vous travailler avec les parents pour leur expliquer ce que vous faites ? Est-ce que les gens choisissent ceux qui voient déjà l’éducation des enfants de cette façon ? Comment établissez-vous des liens ou travaillez-vous avec les parents pour renforcer cette croyance dans les aptitudes et les capacités innées des enfants ?

Anne Wintemute : Je dirais qu’il y a d’abord une certaine autosélection. Ce sont des parents qui l’ont fait, ils envisagent des options d’école alternative. Ils évaluent de façon critique l’environnement dans lequel ils envisageraient de placer leur enfant et ont demandé à faire une visite avec nous.

Lorsque je visite les installations, je rencontre d’abord les familles dans mon bureau. Nous passons un peu de temps à apprendre à nous connaître. Je veux comprendre ce qu’ils envisagent comme rôle de l’éducation dans la vie de leur enfant, et après cela, nous ferons le tour de l’espace physique.

Quand nous marchons dehors, la première chose que je fais, c’est de dire “Ce terrain de jeu”, nous avons un très beau terrain de jeu naturel avec une énorme quantité de risque, je dis “Ce terrain de jeu est construit sur notre philosophie que le risque physique est un élément important dans le développement de l’enfant”.

On entre dans le studio. Ils voient les outils sortir. Ils voient que les enfants utilisent des pistolets à colle chaude quand ils le veulent. Et la vérité, c’est que nous n’avons pas eu de blessures que l’on pourrait s’attendre à voir sur un terrain de jeu et dans un studio, un espace de création, que nous avons. Les enfants sont vraiment doués pour évaluer les risques qui les entourent, prendre des décisions appropriées et maximiser la valeur qu’ils tirent de l’accès à ces choses sans vraiment en subir les inconvénients potentiels. Mais notre plus grand risque sur notre terrain de jeu, ce sont les éclats. C’est celui-là qu’on a tout le temps. C’est un terrain de jeu en bois, et on a beaucoup d’échardes.

Je pense que lorsqu’ils voient les enfants construire ces superbes forts, construire des balançoires dans les arbres et voir la joie sur le visage des enfants, à la fin de la journée, ils préfèrent ne pas regarder pendant que la pièce se déroule. Tournez-vous, ne regardez pas, mais comprenez que les enfants prennent vraiment de bonnes décisions pour eux-mêmes.

Mike McShane : Alors, comment mesurez-vous le succès ? Il semble que vous vouliez accomplir beaucoup de choses, à la fois ce que nous pourrions considérer comme une préparation académique traditionnelle, mais aussi beaucoup de choses sur l’apprentissage et la croissance. Comment savez-vous que ce que vous faites fonctionne ?

Anne Wintemute : C’est une question que nous réexaminons tout le temps dans tout l’éventail des choses que nous apprécions. Certaines des choses que j’apprécie, je suis la directrice ici, je ne suis pas seulement responsable du rendement des élèves, je suis responsable de la satisfaction des employés qui travaillent ici, des installations, de l’inscription continue et du soutien des parents. J’évalue donc le succès de bien des façons.

L’une d’elles, la plus évidente, est que je devrais avoir des enseignants, des élèves et des parents heureux. Dans l’ensemble, lorsque toutes ces choses sont vraies, les autres mesures du succès sont également vraies. Nous n’aurons pas de familles heureuses quand nous aurons des élèves qui, selon nous, réussiraient dans un environnement traditionnel, mais qui ne réussiraient pas ici. Nous ne pourrions pas avoir une famille heureuse si c’était vrai.

Nous faisons des évaluations tout au long de l’année pour avoir une idée de la situation scolaire de nos élèves s’ils étaient dans un environnement traditionnel. Nous utilisons certains des mêmes outils qu’une autre école utiliserait pour évaluer la réussite scolaire. Mais en plus de cela, nous évaluons par le biais d’un suivi constant et de conversations avec les personnes qui sont intimement impliquées dans l’école.

Mike McShane : J’adore cette idée d’enseignants heureux, d’élèves heureux, de parents heureux. Je pense que souvent les gens me demandent, j’ai tendance à travailler davantage dans le domaine des politiques et de la recherche, mais des gens comme moi, “Que voulez-vous de l’école ?”Ma réaction est généralement de dire : “Je veux des écoles où les enseignants aiment enseigner et où les enfants aiment apprendre”, et il me semble que si vous satisfaites ces choses… Et je pense que l’ajout de la dimension parentale est important, car les enseignants et les élèves pourraient peut-être aimer s’ils ne faisaient que passer la journée ensemble et l’apprécier. Mais je pense qu’il est utile que les parents vérifient les trois.

Vous avez donc mentionné les enseignants à quelques reprises. J’aimerais savoir si, sur le plan pratique, vous avez 22 étudiants. Combien d’enseignants avez-vous ? Où trouvez-vous vos professeurs ? Faites-vous du perfectionnement professionnel spécial avec eux pour qu’ils puissent s’épanouir dans cet environnement ?

Anne Wintemute : Ce sont là de très bonnes questions, car le perfectionnement professionnel est un domaine qui fait cruellement défaut dans ce modèle axé sur l’apprenant. Mais ce n’est pas parce que les gens ne font pas d’efforts pour le créer, c’est juste que ces écoles ont tendance à être éloignées les unes des autres. Nous avons donc 22 étudiants. Nous avons trois professeurs dans la salle de classe avec eux, et moi dans le personnel. Nous avons un professeur de musique séparé, un professeur d’éducation physique, mais ils ne sont pas dans la classe tous les jours. Et puis, il y a aussi notre professeur d’aptitudes à la vie quotidienne. Il était ici de 15 h à 18 h. Les enfants ont quatre ou cinq adultes avec qui ils interagissent quotidiennement ici.

Trouver des enseignants est beaucoup plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Dans la phase de démarrage, je rencontrais tout le temps des professeurs qui me disaient : ” Oh mon Dieu, c’est un travail de rêve, je serais tellement excité de m’en occuper. Je veux travailler dans un environnement où l’on me respecte, où l’on me fait confiance pour faire mon travail, où j’ai la liberté de m’adapter en fonction des besoins particuliers des étudiants.”

Mais il est intéressant de constater que nos processus d’entrevue nous ont permis de constater très tôt, très tôt, à quel point l’enseignement dans un environnement traditionnel a empêché les enseignants de s’exprimer. Quand nous avons des enseignants qui viennent nous interviewer, nous leur disons : ” Rappelez-vous que c’est une micro-école. Rappelez-vous que le monde est votre champ d’action, que vous pouvez emmener ces enfants à l’extérieur et courir autour du pâté de maisons avec eux si vous le voulez. Et je vous le dis, neuf sur dix d’entre eux ne peuvent pas trouver quelque chose que je ne m’attendrais pas à voir dans une école traditionnelle, si cela a du sens.

Mike McShane : Non, totalement.

Anne Wintemute : Et ce sont des enseignants qui se sont déjà auto-sélectionnés pour un environnement où ils avaient vraiment l’impression d’être en mesure d’être uniques dans leur planification.

Mike McShane : Wow, pourquoi pensez-vous que c’est ça ?

Anne Wintemute : Je pense que ce n’est pas si différent, enseigner dans un tel environnement n’est pas si différent d’être un entrepreneur. Tu dois être rapide sur tes pieds. Vous utilisez les ressources qui sont à votre disposition. Et personne ne se tient derrière vous pour ramasser les morceaux. Il faut avoir une confiance absolue en soi, une confiance absolue dans le processus, beaucoup de respect entre collègues de travail.

Ce n’est pas un environnement typique où quelqu’un va entrer et dire : “Non, vous ne faites pas les choses correctement. Et je pense que plus les enseignants ont été longtemps dans une école traditionnelle, plus il est difficile pour eux de vraiment sortir de cet environnement et de faire quelque chose de vraiment différent. C’est presque comme de la marchandise endommagée.

C’est ce que nous constatons aussi lorsque nous avons des enfants qui viennent d’autres écoles et qui sont transférés d’une école à l’autre. Nous le voyons aussi. Lorsqu’un enfant arrive en troisième année, il a passé trois ans dans une autre école, nous pouvons vraiment voir les effets de l’absence d’indépendance, de l’absence d’attentes en matière de contributions sur les choses qui ne sont pas évaluées. C’est très intéressant.

Mike McShane : Non, absolument pas. Donc, comme je l’ai déjà dit, je suis en quelque sorte un responsable des politiques, donc l’une des choses qui m’intéressent, c’est de savoir s’il existe des politiques publiques, que ce soit au niveau local, au niveau de l’État ou au niveau national, qui vous rendent la vie plus difficile ? Avez-vous l’impression d’avoir une assez grande latitude pour faire ce que vous voulez faire ? Y a-t-il de la paperasserie qui se met en travers de votre chemin, ou qui s’est mise en travers de votre chemin quand vous essayiez de commencer ? Comment interagissez-vous avec l’ensemble de ces divers types de politiques ?

Anne Wintemute : Les politiques ont très peu d’impact sur nous. La façon dont les politiques ont probablement le plus d’impact est l’anxiété, le fait d’en être informé engendre de l’anxiété chez nos parents et ces parents nous expriment ensuite cette anxiété. Si nous continuons d’élaborer des politiques dans le cadre d’un ” Oh mon Dieu, les écoles en Amérique sont en train d’échouer “, alors cette anxiété de ” Oh non, nous sommes à la traîne en tant que pays, que fait cette école pour être différente “, les inquiétudes que cela peut susciter chez nous. Mais en tant qu’école indépendante, très peu de la politique nous touche, ce qui est génial.

Mike McShane : C’est formidable. Et c’est intéressant, l’ironie malheureuse quand nous parlons de comparer les écoles américaines aux écoles du monde entier, j’ai été frappé, j’étais en voyage en Europe il n’y a pas si longtemps. J’étais en Autriche, dans un train de banlieue. Pas un métro local, mais un train de banlieue dans l’arrière-pays. J’ai fait une croisière dans une vallée de la Wachau. Recommandez fortement à ses auditeurs, si vous en avez la chance, de le voir. C’est époustouflant. Mais l’une des choses, c’est que je revenais à l’époque où l’école était en train de sortir, et tout un tas d’enfants sont montés à une station et sont allés, ils se parlaient entre eux, ils lisaient des livres, ils faisaient n’importe quoi. Ils sont descendus à la station suivante, j’ai vu des parents qui les attendaient. Ils sont partis.

Et je suis toujours frappé quand je visite d’autres pays, j’essaie de visiter des écoles. Beaucoup de gens, combien d’autres pays ont un point de vue très différent du nôtre au sujet des enfants, et voient vraiment beaucoup plus de potentiel, ont beaucoup plus d’attentes pour les étudiants, à la fois dans la liberté qu’ils ont de traîner et d’être et vous allez ailleurs, les enfants sont partout et c’est bien. C’est très bien.

Juste le niveau avec lequel on leur fait confiance pour gérer leur vie et se débrouiller par eux-mêmes dès leur plus jeune âge. Honnêtement, quand je pense aux comparaisons internationales ou autres, ce qui me stresse, c’est la mesure dans laquelle nous limitons souvent l’autonomie de nos enfants. Je dis qu’il faut leur donner plus de possibilités. Donnez-leur plus de responsabilités. Ils en sont absolument capables. Mais c’est ma propre petite diatribe.

Anne Wintemute : Je suis tout à fait d’accord, et je l’exprime d’une manière différente. Je me demande souvent : “Pourquoi pensons-nous si peu à nos enfants ?”

Mike McShane : Oui, exactement.

Anne Wintemute : Pourquoi pensons-nous qu’ils sont incapables d’aller chercher nos pizzas à la pizzeria du quartier ? C’est quelque chose que mes enfants font. Nous devons penser si peu aux enfants et à nos voisins pour craindre de laisser nos enfants marcher dans la rue. Mais je pense que c’est bilatéral, ou bilatéral. Je pense que l’une d’entre elles est que nous ne donnons pas à nos enfants le crédit pour l’immense capacité qu’ils ont vraiment. Deuxièmement, nous sommes terrifiés à l’idée de voir nos enfants se battre et échouer.

Mike McShane : Tout à fait.

Anne Wintemute : Ça nous fait de la peine en tant que parents. La mesure dans laquelle les gens iront pour préserver leur enfant d’un iota de douleur émotionnelle ou physique est ridicule. Je pense que la combinaison des deux, le fait que nous ne pouvons vraiment pas, nous avons prouvé que nous ne pouvons pas évaluer correctement la capacité de nos enfants, et nous avons peur de les voir souffrir.

Mike McShane : Et surtout se blesser sur des enjeux aussi faibles, n’est-ce pas ?

Anne Wintemute : Oui. C’est là tout l’intérêt ! Les enjeux sont si bas en ce moment ! Laissez-les faire !

Mike McShane : Exactement, parce que si les enfants n’échouent jamais à faible enjeu, alors qu’ils échoueront éventuellement à enjeu élevé, ils n’auront pas la capacité d’y faire face, non ? Je veux dire, ça l’est, oui. On voit malheureusement ces scandales de tricherie dans les universités ou ailleurs, et on se dit que les enfants ne savent pas comment faire face à ce genre de choses parce que c’était comme si oui, écoutez, si un enfant se fait prendre à tricher à leur test d’orthographe en quatrième année, il y a une leçon à apprendre. Vous pouvez reconnaître que vous n’êtes pas censé faire ça. Tu es censé faire ton propre travail, et faire ça, peu importe.

Mais si vous leur refusez toujours cette capacité d’apprendre ça, ou n’importe laquelle de ces choses du genre, vous savez quoi ? Si vous ne faites pas attention avec les outils sur le terrain de jeu, ils vous feront mal. Et si Dieu le veut, ce n’est pas quelque chose de super difficile, mais vous voulez qu’ils en connaissent les conséquences quand c’est bon marché et avant de devoir apprendre cette leçon à la dure.

Anne Wintemute : Ouais.

Mike McShane : Donc, en parlant de leçons apprises, j’aimerais savoir, de votre point de vue sur la gestion d’une école pour la période de temps dont vous disposez, quelles sont les leçons à tirer ? Si vous pouviez revenir en arrière et vous donner quelques conseils avant de commencer tout ce processus, quelles sont les leçons que vous avez apprises et que vous auriez aimé connaître lorsque vous avez commencé ?

Anne Wintemute : C’est difficile parce que je suis le genre de personne qui aime aller dans un espace sans information et créer de l’information à partir de cette information. J’ai aimé la façon dont je n’avais pas beaucoup de réponses quand j’ai commencé. Mais je suis souvent sollicitée, par courrier électronique, par des gens qui veulent ouvrir des écoles dans tout le pays, et je suis vraiment reconnaissante d’être en mesure de leur donner beaucoup d’informations solides à mesure qu’ils progressent.

Qu’est-ce que je me dirais ?

Mike McShane : Ou même quel conseil donnez-vous à ces gens, si c’est une question plus facile à répondre ?

Anne Wintemute : Le plus important que je dis, c’est : “Ne faites jamais de compromis sur ce que votre sens philosophique pour votre école. Ne laisse même pas quelqu’un te pousser contre ça. Avant d’ouvrir vos portes, décidez où vous vous situez par rapport à une poignée de choses : la discipline, la façon de parler aux élèves, la façon d’évaluer les élèves. Et puis tenez bon, parce qu’il y a beaucoup de pression pour se plier à la norme, et si de petites entreprises comme la nôtre font cela, nous ne méritons pas d’exister.”

Si on se plie et qu’on devient une autre pomme dans le panier de pommes, on ne devrait pas être ici. Nous ne servons plus les enfants.

Mais je pense que si les enseignants-perneurs, les gens comme moi qui commencent l’école ne passent pas beaucoup de temps à dire : “Avec quoi puis-je vivre dans mon école ? Qu’est-ce que je dois avoir ? Qu’est-ce que je ne peux pas ne pas avoir eu lieu là-bas ? et puis les épouser et s’engager à eux. Ne laissez personne vous faire changer d’avis.

La plupart de l’aide que je fournis tend à être beaucoup plus pratique. Des choses comme le zonage de votre bâtiment, les changements que vous voulez apporter à la construction, comment établir le budget correctement. Vraiment ces choses pratiques que vous ne voulez pas gâcher parce qu’il est un peu plus difficile de s’en remettre plus tard. Pour la plupart, chacune de ces petites écoles va être tout à fait unique, faite dans une création du rêve du fondateur. Mais il y a beaucoup de choses qui vont se ressembler, comme la gestion des inscriptions, le traitement de la facturation, le type de rémunération que vous offrez aux enseignants, et ce genre de choses. Mais j’essaie de les aider autant que possible et de laisser le fondateur s’occuper du reste.

Mike McShane : Super. Merci beaucoup d’avoir bavardé avec nous aujourd’hui. C’était une conversation merveilleuse, donc c’était Anne Wintemute, Highlands Micro School. Merci beaucoup d’avoir pris le temps.

Anne Wintemute : Je vous remercie.

Mike McShane : C’était génial, non ? C’était une conversation très amusante à avoir parce que je pense que nous avons été capables d’aller un peu plus loin que de parler des rouages du fonctionnement de leur école ou de ce à quoi elle ressemble et de parler vraiment de l’orientation philosophique qu’ils ont envers leurs élèves et le développement des enfants en jeunes adultes et éventuellement en adultes.

Il arrive souvent que nous nous perdions dans certains de ces détails lorsque nous nous préoccupons de Oh, cette école fait un double bloc de maths, ou cette école fait de l’enseignement direct, ou d’autres. Il est important de passer un peu de temps à réfléchir à la façon dont ces écoles perçoivent les enfants et leur rôle dans la vie des enfants ?

Anne était un sport formidable, non seulement parce qu’elle parlait des activités quotidiennes de son école, mais aussi parce qu’elle parlait de ce qu’elle considérait comme son rôle dans le développement des enfants et de la façon dont elle le considérait, ce que j’apprécie certainement. Ce n’est pas nécessairement ce que je lui ai demandé et ce que j’ai dit que j’allais faire lorsque nous avons commencé à parler, alors c’était un sport formidable, et je l’apprécie vraiment.

Comme toujours si vous appréciez ce que vous écoutez, abonnez-vous à ce podcast où que vous l’écoutiez. Vous pouvez également vous inscrire à la liste de diffusion d’EdChoice. Faites-le : vous pouvez aller sur notre site Web, edchoice.org, et je pense qu’en un clic ou deux, une boîte de dialogue s’ouvrira. Vous pouvez créer un profil pour vous-même et vous pouvez obtenir tout notre contenu cool de votre chemin et vous pouvez le façonner de sorte que vous obtenez seulement les choses qui vous intéressent et pas les autres. Nous devrions être de retour dans quelques semaines avec le prochain épisode de Cool Schools. Comme toujours, merci d’avoir pris le temps de vous joindre à nous et d’avoir entendu parler d’une autre école vraiment cool.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!