mercredi, juin 16

Histoires d’étudiants : Comment mon choix d’école m’a inspiré à enseigner

79

Je m’appelle Lennon. De la maternelle jusqu’à ma première année, j’ai fréquenté des écoles privées et paroissiales. Mes années d’école primaire et intermédiaire ont été vécues avec tendresse à l’école catholique St. Gregory, et maintenant que je suis au secondaire, je suis au Brophy College Preparatory. J’ai beaucoup de passions. Comme mon homonyme, je joue du piano. (Je la joue depuis l’âge de 4 ans.) Et oui, je chante.

C’est un peu à mon sujet, et vous en saurez plus. Mais la seule chose que tu dois savoir ?

Lire également : Vendredi flippant : Pourquoi les parents d'élèves qui font honte à leurs choix d'école feront du mal à votre communauté

Mon éducation et ma carrière future n’auraient pas été possibles sans le choix de mes études.

Mon père est professeur. Ma mère est comptable. Et grâce à eux et à deux organismes de frais de scolarité d’étudiants de l’Arizona qui offrent des bourses d’études donnant droit à des crédits d’impôt – Catholic Education Arizona (CEA) et la Brophy Community Foundation (BCF) – j’ai pu fréquenter des écoles qui, autrement, en raison des obstacles financiers de ma famille, n’auraient pu être des options pour moi.

A lire en complément : Des écoles cool : Comment les académies Acton révolutionnent l'apprentissage

Pourquoi ma famille a choisi les écoles catholiques privées

Au moins trois facteurs ont joué dans la décision de mes parents de m’envoyer à l’école catholique. Pour commencer, St Grégoire était plus près de chez moi que l’école publique la plus proche, à seulement quelques centaines de pieds. Deuxièmement, le diocèse de Phoenix a une histoire d’écoles de haut niveau, d’universitaires rigoureux et de vastes activités parascolaires. Cependant, la proximité, les études et les activités parascolaires n’étaient pas les seuls aspects de saint Grégoire qui ont plu à ma famille.

J’ai été baptisé catholique quand j’étais enfant. Mon père a été élevé par deux parents catholiques, mais il n’avait pas eu d’éducation formelle dans la foi, alors moi non plus. Ma mère n’est ni catholique ni même chrétienne ; elle est bouddhiste. Mais au bout du compte, mes parents ont convenu qu’ils voulaient s’assurer que je reçoive une éducation qui coïnciderait pleinement avec ma foi catholique que je n’aurais pas reçue dans une école publique ou même à la maison puisque mes parents eux-mêmes ne la connaissaient pas très bien.

Pourquoi je veux enseigner

Je dirais que j’ai fait le tour de la roue de la carrière : D’abord, je voulais être chimiste. Puis j’ai voulu devenir médecin (jusqu’à ce que je réalise que je ne pouvais pas supporter la vue du sang, et je suis presque sûr que c’est l’une des exigences du poste). Alors, bien sûr, quel garçon ne passe pas par la phase bibliothécaire, en cataloguant tous les livres de sa maison par ISBN dans une feuille de calcul Excel en CE2 ?

Mais c’est vraiment grâce au CEA et au BCF que j’ai trouvé un cheminement de carrière qui me passionne : l’éducation. Oui, je veux enseigner.

Mon but en tant que futur éducateur est de donner à chacun de mes élèves l’assurance de voir que leurs objectifs ne sont pas irréalisables, que les problèmes qu’ils veulent résoudre ne sont pas immuables et qu’ils sont vraiment irrépressibles quand il s’agit de faire les deux. J’ai l’intention de servir n’importe quelle population – les étudiants à faible revenu, à risque élevé ou autres – qui peut m’utiliser le plus, ma personnalité et mes forces.

Je crois que la qualité de l’éducation d’un étudiant ne devrait jamais être déterminée par son code postal. Le choix de l’éducation est essentiel pour s’assurer que les élèves puissent recevoir une éducation de qualité. Beaucoup trop d’élèves sont coincés dans un cycle de pauvreté sans fin, et bien que l’école soit censée être un moyen d’échapper à un tel statut, beaucoup ne peuvent pas remplir cette mission pour chaque enfant.

Grâce aux bons d’études, aux bourses d’études donnant droit à des crédits d’impôt, aux comptes d’épargne-études et à d’autres programmes, des changements s’opèrent aux États-Unis. Les étudiants deviennent des apprenants et des leaders tout au long de leur vie. Grâce aux choix éducatifs, ils deviennent vraiment le changement que notre pays a désespérément besoin de voir. Comme je l’ai dit, ma propre éducation n’aurait pas été possible sans le choix de l’éducation, et je serai à jamais redevable à un système qui fait l’éducation sur les élèves, leurs besoins et leur avenir.

Un jour, je joindrai les rangs des enseignants qui appuient le choix éducatif.

Le défi que je vois

Au milieu de toute la négativité que j’entends de la part de certains opposants au choix de l’école, je vois un autre problème.

En tant qu’écoles, nous nous sommes mis dans des petites boîtes avec des étiquettes.

“Oh, cette école ? C’est une école à charte.”

“Cette école ? Wow, c’est une école publique.”

“Oh, cette école ? Oui, c’est une école privée.”

Et nous stéréotypons chacun d’eux en conséquence. Tous les élèves des écoles privées ne sont pas “gâtés” ; toutes les écoles publiques ne sont pas “gâtées“, pleines de “chaos et de ravages“. Toutes les écoles à charte ne sont pas des “vaches à lait“. Nous devons perdre ces étiquettes et revenir à la raison d’être fondamentale de l’école : éduquer, inspirer et changer.

En fin de compte, notre objectif en tant que citoyens est de veiller à ce que chaque enfant reçoive une éducation de qualité, rigoureuse et pertinente, et nous devrions faire tout ce qu’il faut pour que nos élèves – nos futurs enseignants, futurs médecins, futurs avocats et futurs dirigeants – disposent dans leurs écoles – publiques, privées et à charte – des ressources qui leur permettront de développer leurs forces individuelles.

Chaque école, quel qu’en soit le type, propose des programmes uniques, depuis les écoles publiques offrant des cours de formation professionnelle et technique qui ne sont pas offerts dans les écoles privées, jusqu’aux écoles à charte offrant des cours de placement avancé pour les élèves des écoles intermédiaires qui sont prêts sur le plan scolaire.

Aucun type d’école n’est meilleur que l’autre en substance ; c’est un fait. Nous n’avons pas le choix de l’école parce qu’un type d’école est meilleur qu’un autre en substance.

Nous devons nous rappeler que nous avons le choix de l’école parce que chaque élève mérite d’avoir son mot à dire dans son éducation.

Nous avons le choix de l’école parce que nous savons que ce qui peut fonctionner pour un élève peut ne pas fonctionner pour un autre.

Nous avons le choix de l’école parce que chaque élève apprend d’une manière différente, à un rythme différent et dans des styles différents. Toutes les écoles ne s’adressent pas à tous les enfants, qu’ils soient publics, privés ou autres.

Plus important encore, nous devons continuer à nous battre pour le choix de l’école afin de veiller à ce que chaque élève ait l’occasion d’améliorer et de développer ses compétences individuelles dans un milieu qui lui permettra de s’épanouir.