mercredi, juillet 28

Les enseignants veulent juste enseigner : Entrevue avec Stanton Skerjanec, enseignant et partisan du choix de l’école

92

Dans cet épisode des causeries EdChoice Chats, Jennifer Wagner, vice-présidente des communications d’EdChoice, est accompagnée de Stanton Skerjanec, enseignant à Fort Collins, au Colorado, qui a partagé son point de vue sur les choix éducatifs, les défis qu’il a dû relever en tant que soutien dans une famille d’enseignants des écoles publiques et autres. Écoutez maintenant !

A voir aussi : Quitter au point de basculement : Pourquoi le moment n'est-il pas venu d'abandonner l'enseignement catholique en milieu urbain ?

ÉCOUTER SUR ITUNES

ÉCOUTER SUR STITCHER

Lire également : La Fondation Friedman remercie les anciens combattants américains

Notre entrevue transcrite

Wagner : Dites-nous un peu ce qui vous a inspiré à devenir enseignant et depuis combien de temps vous enseignez.

Skerjanec : Je n’enseigne que depuis un an environ. Ce qui m’a poussé à enseigner… il y a une réponse à court et à long terme à cela. Le long terme l’est : Ma mère est enseignante. Mon père est professeur ; il est directeur maintenant. Mon grand-père était professeur. Donc je suppose qu’on peut dire que c’est presque dans le sang.

Vraiment, quand j’ai obtenu mon diplôme universitaire, je cherchais un emploi et j’ai obtenu mon diplôme en sciences politiques en me disant : “Nous sommes en décembre 2016 ; il va falloir des campagnes et des élections là-haut, mais ensuite, X, Y et Z sont arrivés. La politique ne semblait pas être une bonne idée pour 2016 à l’époque, alors j’ai présenté quelques demandes. Je me suis inscrit à la liste des emplois de la Heritage Foundation, et j’ai vu ce poste pour un poste d’instructeur en économie à Fort Collins, et je me suis dit : “Hé, je peux essayer ça. On va essayer ça.”

J’ai donc obtenu une entrevue, je suis revenu au Colorado (j’ai grandi dans le Colorado) et après une heure et demie de questions épuisantes sur l’économie posées par sept panélistes différents, j’ai finalement obtenu le poste. Et me voilà, professeur au lycée Liberty Common High School.

Wagner : Remarquable. Et c’est une école à charte, n’est-ce pas ?

Skerjanec : C’est une école publique à charte, c’est vrai.

Wagner : Génial. Génial. Parlez-nous donc un peu plus de l’école et de vos élèves. Qu’est-ce que ça fait de passer la journée dans votre classe ?

Skerjanec : Donc Liberty Common High School est une école publique à charte. Il est divisé en deux parties : une école primaire et une école secondaire. L’école secondaire a commencé un peu plus tard, vers 2010. C’est une école du savoir de base, donc ce n’est pas le tronc commun. Il s’agit d’un savoir de base qui, je suppose, a ses racines philosophiques dans un livre intitulé Les écoles dont nous avons besoin : Et pourquoi nous ne les avons pas par E.D. Hirsch Jr.

C’est à cause de ce concept que pour avoir une société démocratique forte, dans laquelle les gens sont vraiment égaux entre eux, les gens doivent avoir un ensemble commun de connaissances, presque une culture commune, non ? Notre devise est donc la connaissance commune, la vertu commune et le bon sens. On s’attend à ce que tout le monde sache les mêmes choses à un moment donné et à tout moment, et c’est pourquoi nous leur enseignons ce concept afin qu’ils puissent, dans l’espoir qu’ils puissent vivre une vie civique forte en Amérique. C’est donc de là que vient le “commun”.

La liberté, c’est ça : Nous aimons la liberté. Nous aimons tout ce qui touche à la liberté. J’enseigne l’économie. On n’enseigne pas le keynésien. Nous enseignons un solide programme d’études autrichien, alors pensez à l’économie de base de Thomas Sowell ; pensez à la loi de Frédéric Bastiat ; l’économie de Henry Hazlittt en une leçon. C’est le genre de livres que nous enseignons.

Vous vouliez parler de ce à quoi ressemblera une salle de classe typique dans à peu près n’importe quelle salle de classe. Certains enseignants utilisent un style de séminaire socratique. Je préfère un sermon. Mais la philosophie qui sous-tend tous les enseignants (dans notre école) est “sage sur scène” et non pas “guide d’accompagnement”, ce n’est pas que nous ne croyons pas aux choses pratiques. Nous avons un programme d’ingénierie très solide, un programme STEM ici. Mais nous croyons vraiment que si les élèves veulent maximiser leur capacité d’explorer et d’apprendre de nouvelles choses par eux-mêmes. Il faut leur donner un solide ensemble de faits fondamentaux, cette connaissance commune dont nous avons parlé.

Wagner : C’est tout à fait logique. Cela ressemble beaucoup à mon expérience à la faculté de droit en fait. Tu as une méthode socratique là-dedans. Tu me ramènes au lycée en économie. C’est tout de même positif, je te le promets. Donc, vous êtes de toute évidence un éducateur assez nouveau, mais vous êtes un partisan du choix de l’éducation. J’aimerais vous en dire un peu plus sur ce que cela signifie pour vous. Que signifie le choix de l’école, et comment voyez-vous son évolution au cours des 10 ou 20 prochaines années ?

Skerjanec : Le choix de l’école ressemble, à mon avis, à une variété de choix pour les parents. Il ne s’agit pas d’une ou deux options très limitées dans lesquelles une autorité gouvernementale dit : “Vous devez choisir ces deux-là”, mais d’étudiants divers, variés et de styles différents. Et les parents le comprennent. Il devrait donc y avoir une très longue liste d’options pour les parents.

À mon avis, le choix de l’école consiste à maximiser l’expérience d’apprentissage de chaque élève. Certains élèves réussissent très bien dans un cadre traditionnel. Certains élèves réussissent très très très mal dans un milieu traditionnel. Le choix de l’école, c’est donc la possibilité de choisir ce qui est le mieux pour vous.

À mon avis, à quoi cela ressemble-t-il au cours des cinq ou dix prochaines années ? Honnêtement, je pense que le mouvement pour le choix de l’école fait partie du mouvement plus large pour la liberté. Le mouvement pour la liberté a gagné du terrain, mais ce que je vois, c’est la liberté, pour les gens, leur est paradoxalement inconnue. Ils ne le comprennent pas. Ce que nous devons donc faire, c’est leur enseigner la capacité de choisir – la liberté de choisir – est une bonne chose, et laissez-nous vous montrer pourquoi. Ce n’est pas seulement pratique pour vous. Ce n’est pas seulement que votre élève obtiendra de meilleurs résultats. Ce n’est pas seulement qu’ils auront une meilleure expérience.

C’est un meilleur choix moral, que vous ayez un contrôle sur vous-même et non sur quelqu’un d’autre qui vous contrôle. Ainsi, je pense que le mouvement en faveur du choix de l’école au cours des cinq à dix prochaines années semble montrer que les gens commencent vraiment à se rendre compte qu’il y a quelque chose de mieux, tant sur le plan des résultats pratiques que sur celui de l’éthique civique.

Wagner : Et c’est ironique que dans tous les autres domaines de la vie, nous nous attendions à avoir le choix. Nous embrassons cette liberté. Mais dans l’éducation de la maternelle à la 12e année, nous constatons souvent qu’il y a des arguments utilisés contre le choix de l’éducation qui favorisent définitivement le système et les adultes, pas nécessairement les familles et les élèves, qui cherchent à s’intégrer à leur place. Nous aimons utiliser cette expression. Comment surmonter ce fossé, surtout en tant qu’enseignant ? J’aimerais connaître votre point de vue.

Skerjanec : Bien sûr, les gens ont peur de ce qu’ils ne savent pas, et le système actuel que nous avons, nous l’avons depuis si longtemps que c’est familier. Ce n’est peut-être pas génial, mais c’est au moins confortable, non ? Donc, la question que nous devons nous poser… ce que nous avons à dire, c’est que cette nouveauté, cette nouvelle liberté que nous voulons donner. Ce n’est pas mal. Au moins quand il s’agit des enseignants en particulier, je pense que dans l’ensemble, nous devons nous rendre compte que les enseignants ne sont pas l’ennemi du choix de l’école, du moins pas dans l’ensemble.

Je pense que la plupart des enseignants (et je ne veux pas paraître naïf à ce sujet), mais je pense que la plupart des enseignants veulent simplement enseigner. Ils veulent faire leur travail. Bien sûr, il y a des individus et des groupes qui sont du type plus syndicaliste qui veulent simplement maintenir une sorte de statu quo, mais dans l’ensemble, ils veulent faire leur travail. Cela dit, ils peuvent penser qu’ils ne peuvent pas faire leur travail, ou qu’ils seront gênés dans leur travail, si nous adoptons un nouveau système de choix plus libre.

Maintenant, l’une des choses que j’entends souvent avec les enseignants non syndiqués, c’est : Les pauvres sont laissés pour compte. Les personnes démographiquement défavorisées sont laissées pour compte dans ce système, que nous n’avons aucune garantie avec lui. Et il y a toujours des risques d’échec. Cela, nous devons le reconnaître. Il y a toujours un risque d’échec. Mais je leur demande toujours : “Voulez-vous risquer un avenir meilleur, ou voulez-vous maintenir un statu quo qui n’a presque aucun avenir en vue ?”

C’est là qu’il faut s’entendre pour dire que nous voulons permettre aux enseignants d’enseigner. Nous ne voulons pas les accabler d’un État bureaucratique ou d’un statu quo qui ne mène nulle part. Il stagne, et ce n’est bon pour personne. Je pense donc que ce que nous devons faire différemment, c’est reconnaître que les enseignants ne sont pas l’ennemi. Ce n’est pas ce groupe de personnes qui veulent arrêter tout progrès. Ce sont des gens qui veulent enseigner. Nous devons juste leur montrer que vous pouvez enseigner et que vous pouvez bien le faire d’une meilleure façon.

Wagner : Je dois donc vous demander, venant d’une famille d’éducateurs, si vous avez eu des réserves quant à votre position sur le choix et le choix des éducateurs de votre famille ?

Skerjanec : Oui et non. Mon père a enseigné dans une école secondaire publique pendant un bon moment, puis il est devenu directeur d’une école catholique. Maintenant, il est de retour dans le secteur public. Mais pas vraiment.

Prenons l’exemple de ma mère, qui a toujours été une éducatrice du public. Elle connaît tous les problèmes que pose le statu quo actuel. Elle ne conteste pas les résultats de beaucoup d’écoles à charte. Elle a des problèmes avec le fait qu’un grand nombre de chartes semblent présenter au moins un trop grand risque d’échec ou que les écoles à charte semblent obtenir le même financement ou un financement semblable à celui des écoles publiques traditionnelles sans avoir à suivre les règles. Pour elle, cela lui semble injuste.

C’est peut-être vrai, mais ma réponse est toujours : “Eh bien, pourquoi ne pas vous libérer ? Pourquoi ne pas libérer les écoles traditionnelles aussi ? Nous n’avons pas besoin d’en faire des écoles à charte, mais réformons aussi ce que vous êtes. Mais pour ce faire, nous devons offrir des options et des gens avec l’idée qu’il y a quelque chose de mieux dehors.”

Tout se résume à une question de… Permettez-moi de dire les choses ainsi. Les enseignants veulent voir des résultats, et nous devons leur montrer ce que la liberté de choix peut faire. Et je pense qu’une organisation comme EdChoice le fait très bien. Ils rassemblent toutes ces données, et ils disent de regarder ça. Voyez à quel point cela est en train de devenir un succès. Toutes les questions que vous vous posez, nous pouvons y répondre. C’est vraiment là que vous comblez le fossé parce que les enseignants publics, y compris ma mère, veulent enseigner, et ils veulent aider les enfants. Je pense qu’il suffit de leur montrer que les ressources peuvent être mieux utilisées.

Wagner : Nous aimons toujours entendre que nous sommes le pont dans cette lacune, que notre recherche et nos ressources peuvent être utiles là-bas, alors merci pour le compliment. De toute évidence, vous êtes assez nouveau dans la salle de classe. Comme vous l’avez dit tout à l’heure, il y a une jeune génération qui a le choix dans tous les autres aspects de sa vie et qui est peut-être en train d’adopter ce concept de liberté comme une chose très stimulante. Pensez-vous que le choix de l’éducation est une question de génération et que nous aurons moins de difficulté à l’expliquer à ceux qui n’ont pas encore d’enfants dans le système, peut-être même les Millennials ? Qu’ils en viendront à s’y attendre lorsque leurs enfants seront d’âge scolaire ?

Skerjanec : C’est une bonne question. Je pense que c’est en partie générationnel. Je veux dire, la génération juste au-dessus de moi, la demi-génération ou la génération et demie au-dessus de moi, ils viennent du bon vieux stock de l’école publique traditionnelle, non ? Je pense que ce que vous allez voir, c’est qu’à mesure que nous nous rendrons compte de la diversité de nos options à bien d’autres égards, nous finirons par nous en rendre compte : Pourquoi ce n’est pas ici ?

Prenons l’exemple de la Silicon Valley. La Silicon Valley a financé d’énormes quantités d’écoles impliquées dans l’informatique, la technologie, l’ingénierie et les mathématiques. Ces entreprises commencent à se rendre compte que nous pouvons faire mieux de différentes façons, et je pense que, comme d’autres personnes le voient, comme ces organisations qui ont beaucoup de capital dans lequel investir, nous allons nous rendre compte et nous demander : “Pourquoi sont-elles les seules à investir du capital ? En tant que contribuables, pourquoi ne pas investir notre capital là où il devrait aller le mieux ?”

Je pense que cela finira par se produire simplement à cause du poids d’un système qui commence à s’effondrer. Ça a l’air d’une sorte de fin du monde, et ça l’est. Mais plus un système échoue, plus les gens se rendent compte que nous devons faire quelque chose de différent. Espérons que nous pourrons changer les choses un peu avant que le système ne tombe en panne, mais qui sait ? Je pense que tu as raison. Je pense que c’est une question de génération, ne serait-ce qu’à cause du poids de la gravité du système actuel.

Wagner : J’ai vraiment l’impression qu’un raz-de-marée arrive. Je suppose que je veux terminer sur une question positive. En tant qu’éducateur-et mes parents sont tous les deux éducateurs-c’est un travail incroyable, et c’est une chose incroyable que vous faites. Quelle est la partie la plus gratifiante de votre travail lorsque vous vous tenez debout devant ces étudiants et leur parlez d’économie et de politique. Qu’est-ce que vous retirez de votre première année en classe comme étant l’expérience la plus enrichissante ?

Skerjanec : L’expérience la plus gratifiante que j’obtiens, c’est de voir quand un étudiant qui a eu du mal à comprendre un concept finit par l’obtenir. C’est juste un clic. Ce moment a-ha est tellement gratifiant parce qu’on met beaucoup de temps à planifier les leçons, beaucoup de temps à essayer de développer un bon cours que cette étudiante qui n’arrive tout simplement pas à l’obtenir finalement, elle l’obtient. Elle comprend. Pour moi, c’est très gratifiant.

Les autres moments… J’ai reçu une lettre d’un de mes élèves de ma classe de gouvernement. Il n’était pas vraiment impliqué dans le gouvernement du tout. Il n’aimait pas vraiment l’instruction civique. À peu près un semestre, un semestre et demi plus tard, il m’a écrit une petite carte et m’a dit à quel point il aimait la classe et maintenant il se disait : ” J’aimerais bien faire de la politique un jour aussi “, ces moments-là aussi, que tu as fait une différence, même si ce n’est qu’une expérience d’étudiant. Ces expériences en valent la peine, et ce sont les moments qui vous permettent d’aller de l’avant. En tant qu’enseignante de première année, je n’ai pas été formée pour être enseignante ; j’ai suivi une formation en sciences politiques. En tant qu’enseignant de première année, c’est le genre de choses qui vous permettent de continuer à faire le plein d’énergie et à vous maintenir en vie, du moins pour l’instant.

Wagner : C’est fantastique. Je pense que vous vous faites l’écho du sentiment de tant d’éducateurs, et je pense que vous avez tout à fait raison lorsque vous dites que les enseignants veulent simplement enseigner. Je tiens donc à vous remercier de votre temps et à vous permettre d’ajouter n’importe quoi si nous n’avons pas eu l’occasion de couvrir quelque chose dont vous voulez parler.

Skerjanec : Pas vraiment. La seule chose que j’ai à ajouter, c’est la liberté et la liberté, et le choix est difficile. Ça peut être très délicat. Ce n’est pas facile. En tant que défenseurs du choix et de la liberté, nous devons le reconnaître et nous devons aider les gens à progresser. Nous devons leur donner leur propre soutien, leur propre échafaudage pour pouvoir dire “je choisis la liberté”, je pense que c’est un rôle important que nous devons jouer.

Wagner : Et je pense que c’est un sentiment incroyable pour terminer. Merci, Stanton, pour votre temps aujourd’hui et pour tout ce que vous faites pour éduquer les jeunes esprits et aider à redonner.

Skerjanec : Merci beaucoup. Merci beaucoup. J’apprécie vraiment !

Merci d’avoir écouté un autre épisode des EdChoice Chats. Au nom de toute l’équipe d’EdChoice, je vous souhaite bonne chance. Et pour en savoir plus sur notre travail, visitez notre site Web à l’adresse suivante www.edchoice.org.