mercredi, décembre 7

Tulsi Gabbard : qui est cette femme politique ?

294

Tulsi Gabbard est une femme politique américaine qui est née le 12 avril 1981 à Leloaloa. De 2013 à 2021, elle a été membre du parti démocrate et également la représentante du deuxième district d’Hawaï à la chambre des représentants aux Etats Unis. Tous les détails sur cette femme politique dans cet article.

La famille et formation de Tulsi Gabbard

Tulsi Gabbard est née à Leloaloa, et a grandi à Hawai. Ses parents, Mike et Carol Gabbard sont d’une part sénateur d’Etat catholique et d’autre part membre du conseil d’éducation d’Hawaï hindoue. Durant son adolescence, la jeune femme va se convertir à l’hindouisme. Dès son jeune âge, elle va commencer à marquer des signes de son intérêt pour la politique.

A lire en complément : 1645 brut en net : calculer son salaire net mensuel

C’est ainsi que, dès le début des années 2000, soit exactement en 2002, Tulsi Gabbard sera élue à la chambre des représentants de l’Etat pour un mandat. À cette époque, elle est devenue la plus jeune parlementaire d’Hawaï, elle était alors âgée de 21 ans. En 2003, elle va rejoindre l’Army National Guard, elle va alors effectuer son service militaire l’année d’après durant 12 mois. Elle sera envoyée en mission en Irak, dans un service médical.

De retour de son service militaire, Tulsi Gabbard va travailler avec le sénateur démocrate Daniel Akka, elle sera ensuite déployée au Koweit en 2008. Alors qu’elle est diplômée en commerce international de la Hawai Pacifi University en fin des années 2000, Tulsi Gabbard sera élue conseil municipal d’Honolulu en 2010, elle va représenter le 6ème district.

A lire en complément : En savoir plus sur Xavier Maingon et ce qui le relie à Florence Foresti

Tulsi Gabbard : une femme engagée dans la politique

Candidature pour à la chambre des représentants des Etats Unis

Lorsque l’ancienne représentante annonce sa candidature au sénat, Tulsi Gabbard de son côté va annoncer sa candidature au poste que va libérer celle qui sera quelque temps après son prédécesseur, Mazie Hirono. Concrètement, c’est en 2011 que la jeune femme va candidater à la chambre des représentants des Etats Unis dans le deuxième district d’Hawaï.

Au début de sa carrière politique, elle avait plusieurs opinions politiques telles que l’opposition au mariage homosexuel et à ce qu’elle a elle-même appelé ‘’extrémisme sexuel’’, l’opposition à l’avortement, elle était également conservatrice. Toutefois, au lendemain de son service militaire, ses avis sur ces différentes questions ne seront plus les mêmes.

Gabbard qui est cette femme politique

Avant les primaires démocrates, Tulsi Gabbard est donnée perdante face au maire d’Honolulu, Mufi Hannemann. Néanmoins, elle va remporter ces élections avec 55% des voix. Dès cette élection, elle va devenir la grande favorite pour l’élection générale, elle va alors démissionner de son poste dans la municipalité.

Quelque temps après, le 6 novembre 2012, elle est élue représentante avec plus 80% des suffrages. Avec cette élection, Tulsi Gabbard deviendra la première personne d’obédience hindoue et première femme samoanne à être élue au Congrès Américain.

Les ambitions présidentielles de Tulsi Gabbard

Avant la course aux élections de 2019, Tulsi Gabbard va en quelque sorte tacheter ses projets à la maison blanche. En effet, elle va soutenir la thèse du désengagement des américains dans le territoire syrien ainsi que la fin des livraisons d’armes aux groupes sécessionnistes. En 2017, Tulsi Gabbard va rencontrer Bachar el-Assad, c’est ainsi qu’elle va susciter des critiques en s’opposant à la condamnation des crimes perpétrés par le leader de la guerre syrienne.

Vous l’aurez donc compris, c’est notamment du fait de ces derniers incidents que les ambitions politiques de Tulsi Gabbard seront tachetées. En début d’année 2019, elle va annoncer sa candidature aux présidentielles de 2020, dans les primaires au Parti démocrate.

Durant sa campagne, des experts des médias et réseaux sociaux vont suivre la progression de la femme politique depuis la Russie, sur ce fait, l’ancienne secrétaire d’Etats Américains Hillary Clinton, va accuser la candidate d’être appuyée par les républicains pour le compte des russes.

La candidate va juger cela comme une campagne visant à la détruire et à ruiner sa réputation. Les résultats issus de ces primaires seront décevants, moins de 2% des voix. Elle sera alors distancée dans les sondages et décidera finalement de se retirer de la course en mars 2020 pour apporter son soutien à Joe Biden.