mardi, mars 2

Un enseignant qui approuve le choix de l’école ?

89

Choix de l’école. Le terme a été diabolisé dans mes cours d’accréditation des enseignants et par ma propre mère, qui enseignait dans les écoles publiques depuis qu’elle avait 20 ans. Tout le monde le faisait, alors j’ai fait la queue aussi, mais seulement pour un court moment.

Mon moment Ah-Ha

Ma première affectation d’enseignement s’est déroulée dans une école élémentaire du centre-ville, où 100 % des élèves participaient au programme de repas gratuits et à prix réduit et où tous mes élèves, sauf un, étaient des apprenants de langue anglaise. C’était une population très “à risque” que j’enseignais. L’école faisait l’objet d’un programme d’amélioration des programmes pour les faibles résultats aux tests, ce qui signifie qu’elle faisait l’objet d’un examen minutieux de la part des autorités du district pour améliorer les résultats avant l’inévitable : le transport des enfants par autobus vers une autre école et une éventuelle fermeture ou prise en charge de l’école par l’État.

A lire aussi : Quitter au point de basculement : Pourquoi le moment n'est-il pas venu d'abandonner l'enseignement catholique en milieu urbain ?

Sentant la pression, j’ai fouillé dans mes vieux manuels scolaires et mes travaux de semestre pour trouver les meilleurs moyens de différencier et d’étayer l’apprentissage, de rendre les programmes et les normes accessibles à tous les élèves, de rendre les possibilités éducatives accessibles à chaque élève. L’équité avant tout.

Je me souviens d’une leçon en particulier, une leçon d’arts du langage pendant notre bloc quotidien ininterrompu de trois heures d’arts du langage, concernant les modèles d’orthographe. Je me suis souvenu d’avoir passé en revue la leçon la veille et d’avoir pensé à mes élèves, à quel point la leçon serait désengageante, surtout pour une population “à risque”, alors j’ai utilisé ma connaissance de la pédagogie et j’ai décidé d’appliquer différentes modalités d’apprentissage dans ma leçon.

A lire également : Des écoles cool : Comment un leader d'une micro-école suit une philosophie éducative unique

La leçon elle-même m’a dicté d’écrire les mots sur le tableau et de les lire à haute voix, puis de me référer au tableau alphabétique, sondant chaque lettre pendant qu’ils étaient assis, stationnaires, absorbant tout cela. Cette leçon s’alignait sur la présomption que mes élèves de cinquième année ne savaient ni lire ni écrire, et qu’ils devaient donc suivre ce programme d’études écrit dans mes mains.

J’ai regardé dans ma classe de 36 élèves, les yeux éblouis par l’ennui et la faim, et j’ai modifié la leçon à ce moment-là et là.

J’ai imprimé les mots et j’ai apposé du ruban adhésif au verso, et je les ai distribués au hasard à chaque groupe. J’ai dit aux élèves d’essayer de lire les mots ensemble et de leur donner un sens, puis de discerner s’il y avait une tendance. Après quelques minutes, je leur ai demandé de partager leurs conclusions avec la classe. Même mes élèves les plus en difficulté ont participé à la leçon pour une fois.

Juste à ce moment-là, un fonctionnaire du district est arrivé et, à l’heure du déjeuner, j’avais une lettre en main indiquant qu’on me mettait sur un plan d’amélioration. Apparemment, je ne savais pas comment enseigner.

J’ai regardé ma classe d’enfants en difficulté, ceux qui, selon les statistiques, abandonnent souvent leurs études et continuent de vivre dans la pauvreté générationnelle, et mon cœur me faisait mal.

Tous mes élèves savaient lire, malgré ce que le district disait, et tous avaient le goût d’apprendre, même s’ils ne le montraient pas sur une feuille de travail ou dans l’un de leurs 18 tests normalisés chaque année. Mes élèves n’échouaient pas à l’école, l’école échouait et je ne voulais pas en faire partie.

J’ai repensé à ma propre école (l’école publique aussi) avec de bons souvenirs, si à l’opposé de l’école où je travaillais, et j’ai réfléchi :

Pourquoi mes élèves ne peuvent-ils pas avoir une meilleure école ? Pourquoi ne mériteraient-ils pas mieux ? Pourquoi doivent-ils être obligés de fréquenter une école qui ne les éduque pas, simplement à cause du quartier dans lequel ils vivent ? Pourquoi devrait-on leur refuser l’école privée ou l’école à domicile en raison de leur situation de pauvreté, même si les deux parents travaillent ? Pourquoi n’ai-je pas pu les ramasser et les mettre dans mon ancienne école primaire, une école qui se souciait encore de l’éducation de ses enfants ?

Ce que c’est que de changer de côté

Quelques années plus tard, j’ai enseigné dans une école à charte, bien qu’au début j’hésitais à accepter le poste parce que je n’avais entendu que de mauvaises choses sur les écoles à charte de tous les éducateurs que je connaissais.

C’était une petite école, moins de 100 élèves, mais ce qui lui manquait en taille, elle le compensait de tant d’autres façons. Nous avions une population très diversifiée, et la plupart des élèves fréquentaient la charte parce qu’ils n’avaient pas réussi dans les écoles secondaires publiques de la région pour une pléthore de raisons. Notre école offrait des classes plus petites, un réseau de soutien familial et moins de paperasserie, ce qui nous permettait d’abandonner le programme d’études écrit et d’enseigner en fonction des besoins de nos élèves.

Un élève en particulier nous est venu de la plus grande école secondaire de la région, avec des notes épouvantables et un dossier de comportement à égaler. Elle avait été inscrite à tous les programmes d’État et de district possibles, tous modifiant ou complétant son éducation dans l’espoir de lui donner une aide supplémentaire à l’école. Elle s’est effondrée dans ma classe, souvent hors du travail, et puis, elle a disparu.

Personne ne savait ce qui s’était passé jusqu’à ce qu’un an plus tard, quand elle est réapparue dans ma classe et s’est réinscrivée. Une parente était décédée, et elle avait abandonné l’école, mais elle voulait essayer encore une fois.

Elle a rencontré toutes les catégories “à risque” et m’a même raconté comment les écoles l’ont automatiquement classée dans certains programmes simplement parce qu’elle était une minorité, vivant dans la pauvreté, avec de faibles résultats aux tests. Elle avait l’impression que l’école publique l’obligeait à répondre à des attentes moindres, à échouer.

Je lui ai dit que cela n’arriverait pas dans cette école, et que je la voyais comme une aînée, malgré son statut junior. Je lui ai dit qu’elle obtiendrait son diplôme à temps, malgré ce que tout le monde a dit à l’un ou l’autre d’entre nous.

Je l’ai souvent surveillée, je l’ai aidée à étudier pour son examen de fin d’études, j’ai travaillé à la conception d’un enseignement qui répondait aux normes tout en éveillant son intérêt et en lui enseignant de la manière la plus compréhensible possible.

Elle a obtenu son diplôme à temps et est allée à l’université. Elle m’a personnellement remercié d’avoir cru en elle. Elle a dit que si elle était restée à l’école publique du quartier, elle aurait abandonné et serait restée à l’écart. Avec un certain choix d’école autorisé dans notre état, elle a pu fréquenter une école à charte qui lui a permis d’exceller.

L’avenir que je vois pour l’éducation publique

Je n’ai rien contre l’école publique, bien que cela puisse paraître. Je suis contre l’interdiction du choix de l’école.

J’en suis venu à cette conclusion en regardant mon nouveau-né et en me demandant si je voulais qu’il aille à l’école publique locale. Sinon, y a-t-il d’autres options ? Avec peu d’options à ma disposition, je me sentais coincé. Si je n’avais pas les moyens de payer la seule école privée locale, ou si je n’aimais pas leur école, je devrais inscrire mon fils dans ce que je considérais comme une école en difficulté, et cela me semblait injuste.

Malheureusement, d’autres dans mon domaine me considèrent comme une minorité pour mon appui au choix de l’école.

De nombreux enseignants estiment que le choix de l’école est un stratagème visant à détruire l’enseignement public pour empêcher ceux qui n’ont pas de revenus excédentaires de recevoir une éducation ou qu’il va à l’encontre de la séparation de l’Église et de l’État (en parlant de bons) ou que les enseignants des écoles publiques vont se retrouver sans emploi. Dans les districts où le choix de l’école est autorisé, je n’ai pas vu ces craintes devenir réalité.

J’espère qu’il y a plus d’enseignants qui partagent mon opinion, mais qui se taisent peut-être par crainte de représailles. Malheureusement, je n’en ai pas rencontré, et c’est probablement parce que moi aussi, je suis resté silencieux, de sorte que je ne suis pas réprimandé par mes mentors et mes pairs. Cependant, j’en ai eu assez d’être silencieux. Je me soucie des meilleures options éducatives pour les enfants et je me mobilise en faveur de ces options, et c’est pourquoi j’ai choisi de travailler dans l’éducation.

Alors que mon enfant le plus âgé approche de la maternelle, je redoute le jour où il devra fréquenter l’école du quartier qui lui a été assignée ; ce n’est pas un bon choix pour lui. Je suis le parent qui connaît le mieux mon fils et je sais que le choix de l’école lui permettra de fréquenter l’école où il pourra le mieux apprendre, grandir et s’épanouir – une école non pas choisie par une carte arbitraire des frontières mais par l’expertise d’un intervenant, en l’occurrence moi-même, sa mère.

Si, en tant que nation, nous interdisions le choix de l’école, ce serait une injustice sociale.

Les élèves ne méritent pas de fréquenter une école qui, même si elle n’échoue pas, ne fonctionne pas pour tous les enfants. Tous les enfants méritent d’avoir le choix de rechercher la meilleure éducation qui réponde à leurs besoins.

*Les opinions exprimées par nos blogueurs invités sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles d’EdChoice.