lundi, juillet 15

Cinq choses qui pourraient vous surprendre affectent le poids

13

Les gens peuvent penser que la lutte contre l’obésité est due à la volonté, mais la recherche médicale indique le contraire.

Voici cinq facteurs potentiellement surprenants qui peuvent influer sur votre poids, comme le révèle La vérité sur l’obésité.

A lire également : Des écoles cool : Les écoles Venture Schools transformeront les lycéens de Detroit en penseurs entrepreneurs

1. Microbes intestinaux

Gillian et Jackie sont jumelles, mais l’une pèse 41 kg de plus que l’autre.

Le professeur Tim Spector suit leurs progrès depuis 25 ans, dans le cadre d’une étude. Il croit que beaucoup de leurs différences de poids sont dues aux petits organismes (les microbes) qui vivent profondément dans les intestins. Un échantillon de selles de chaque jumelle a révélé que Gillian, la plus mince des deux, avait une gamme très diversifiée de microbes, alors que Jackie avait très peu d’espèces vivant dans son intestin. “Plus la diversité est grande, plus la personne est mince. Si vous avez trop de poids, vos microbes ne sont pas aussi diversifiés qu’ils devraient l’être”, explique le professeur Spector, qui a trouvé le même schéma dans une étude menée auprès de 5 000 personnes.

A lire en complément : 2019 : Comment ouvrir un compte d'épargne OFW de Metrobank - La façon la plus simple de le faire

Une alimentation saine et variée, riche en différentes sources de fibres, a permis de créer une gamme plus diverse de microbes intestinaux.

Parmi les bonnes sources de fibres alimentaires, on peut citer :

  • les céréales à grains entiers pour le petit-déjeuner,
  • les fruits incluant  les baies  et les poires,
  • les légumes, comme le brocoli et les carottes,
  • les fruits à coque.

2. La loterie génétique

Pourquoi certaines personnes suivent-elles avec diligence leur régime alimentaire et font régulièrement de l’exercice tout en luttant pour obtenir des résultats, alors que d’autres en font très peu et n’accumulent pas les kilos en trop ?

Des scientifiques pensent que 40 à 70% de l’effet sur notre poids est dû aux variations génétiques dont nous avons hérité.  D’après eux, “c’est une loterie”.

Il est maintenant très clair que les gènes sont impliqués dans la régulation de notre poids, et si vous avez un défaut particulier dans certains gènes ceci peut être suffisant pour rendre obèse.

Des gènes particuliers peuvent affecter l’appétit d’une personne, combien de nourriture ils veulent manger et quel type de nourriture ils pourraient préférer. Les gènes peuvent également influer sur la façon dont nous brûlons les calories et sur la capacité de notre corps à gérer efficacement les graisses.

Il y en a au moins 100 qui peuvent affecter le poids, dont un appelé MC4R.

On estime qu’environ une personne sur 1000 est porteuse d’une version défectueuse du gène MC4R, qui agit dans le cerveau pour contrôler la faim et l’appétit. Les personnes ayant un défaut dans ce gène ont tendance à être plus affamées et ont besoin d’aliments plus gras.

Les scientifiques disent qu’il n’y a pas vraiment grand-chose que l’on puisse faire au sujet de ses gènes, mais pour certaines personnes, savoir que les gènes peuvent augmenter leurs chances de prendre du poids peut les aider à faire face aux changements de régime alimentaire et à l’exercice physique.

3. Quelle heure est-il ?

Il y a une part de vérité dans le vieux dicton : “Petit déjeuner comme un roi, déjeuner comme un seigneur et dîner comme un pauvre”, mais pas pour les raisons que l’on pourrait penser.

Un expert en obésité dit que plus on mange tard, plus on a des chances de prendre du poids. Non pas parce que nous sommes moins actifs la nuit, comme on le croit généralement, mais à cause de notre horloge biologique interne.

“Le corps est réglé pour gérer les calories beaucoup plus efficacement pendant la journée quand il fait clair que pendant la nuit quand il fait nuit”, dit-il.

Pendant la nuit, notre corps a du mal à digérer les graisses et les sucres, de sorte que manger la majeure partie des calories avant 19 h peut vous aider à perdre du poids ou vous empêcher de le prendre en premier lieu.

Au cours de la dernière décennie, l’heure moyenne du dîner est passée de 17h00 à environ 20h00, ce qui a contribué à l’augmentation du taux d’obésité. Mais les habitudes de travail actuelles et les styles de vie trépidants mis à part, nous pouvons faire certaines choses qui auront un impact sur notre tour de taille.

Sauter le petit-déjeuner ou simplement prendre un morceau de pain grillé est à ne point faire.

A la place, manger quelque chose avec beaucoup de protéines et peu de graisse, ainsi que des glucides, tels que des œufs sur du pain grillé complet, vous fera vous sentir plus rassasié pour plus longtemps.

Cela doit être suivi par un déjeuner nutritif important, et prendre un repas léger pendant le dîner.

4. Trucs et astuces pour votre cerveau

Les gens ne savent pas très bien combien ils mangent et la consommation de calories est sous-estimée de 30 à 50 %. Il est donc suggéré plusieurs façons de modifier inconsciemment votre comportement alimentaire, plutôt que de compter les calories, par exemple, en éliminant les tentations visuelles plutôt qu’en se fiant à la volonté consciente.

Ne vous asseyez pas avec un paquet entier de biscuits devant la télévision, mettez le nombre de biscuits que vous avez l’intention de manger sur une assiette et prenez-le plutôt.

Les comportements de substitution sont également encouragés. Il s’agit de remplacer les aliments favoris par des aliments moins caloriques plutôt que d’essayer de les bannir tous ensemble.

Opter pour des versions allégées des boissons non alcoolisées, par exemple.

Les gens n’ont pas tendance à remarquer une différence lorsque la taille de leurs portions est réduite de 5 à 10 % . Il y a une tendance à manger sans y penser, alors suivre les suggestions de portions sur les paquets d’aliments et utiliser une assiette plus petite lorsque l’on sert le dîner peut empêcher quelqu’un de manger l’excès de calories avec une mauvaise conscience.

5. Les hormones

Nos appétits sont contrôlés par nos hormones et on a découvert que la chirurgie bariatrique (le traitement le plus efficace de l’obésité) fait augmenter le nombre d’hormones qui nous font sentir que nous sommes en pleine croissance et que celles qui nous donnent faim diminuent en nombre.

Mais c’est une opération majeure qui consiste à réduire la taille de l’estomac de 90% et est seulement réalisée sur des personnes avec un IMC d’au moins 35.

Des chercheurs ont recréé les hormones intestinales qui provoquent des changements d’appétit après une chirurgie bariatrique et l’utilisent pour un nouvel essai clinique.

3 hormones en mélange sont injectées chaque jour pendant 4 semaines.

Les patients ont moins faim, mangent moins et perdent entre 2 et 8 kg en seulement 28 jours.  Si le médicament s’avère sûr, il est prévu de l’utiliser jusqu’à ce que les patients atteignent un poids santé.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!