lundi, décembre 5

Devenir prothésiste ongulaire est-il un projet professionnel fiable ?

308

L’orientation professionnelle n’est jamais une évidence pour personne. Si vous songez à votre premier travail, vous ne savez plus où donner de la tête. En sollicitant l’aide d’un professionnel en orientation, le choix de la prothésie ongulaire vous sera sûrement proposé. C’est un métier passionnant en ce sens qu’il est basé sur l’art d’embellir les ongles. Vous pouvez faire ce métier dans le plaisir, mais est-ce rentable ?

La voie à suivre pour devenir prothésiste ongulaire

A lire en complément : Protection des données personnelles : Les exigences en matière de recrutement

La meilleure voie pour s’assurer un meilleur avenir en prothésie ongulaire est de suivre une formation à l’Ecole Française. C’est un établissement spécialisé dans les formations en ligne. En l’espace de 4 semaines, vous obtenez votre certificat de prothésiste ongulaire. Les cours sont à suivre à votre rythme et selon votre disponibilité.

Le métier de prothésiste ongulaire ne s’improvise pas. Plusieurs techniques plus ou moins sophistiquées sont à maîtriser. On peut par exemple parler des soins et des préparations des phanères, du pinchage, de la maîtrise des gels et acrygels et bien d’autres encore.

A découvrir également : EBS Organisation Communication : un prestataire événementiel incontournable

Prothésie ongulaire : un métier qui recrute

Le marché du travail en ce qui concerne le métier de prothésiste ongulaire n’est pas saturé. On peut même dire que l’effectif de prothésistes ongulaires n’est pas à son plus haut niveau. Pourtant, c’est un métier d’avenir dans lequel vous pouvez espérer être recruté.

La prothésie ongulaire est un domaine florissant qui ne cesse de croître. De nouvelles tendances naissent chaque année, de nouvelles techniques sont à mettre en pratique. La prothésiste ongulaire fréquente particulièrement la sphère de la mode. Mais elle est également incontournable pour une clientèle qui ne cesse de s’élargir et de se diversifier.

La prothésiste ongulaire gagne-t-elle bien sa vie ?

D’une manière générale, les femmes sont les plus intéressées par le métier de prothésiste ongulaire. Il y a deux façons d’exercer ce métier : être salariée dans un salon ou une agence et travailler à son compte. Une prothésiste ongulaire professionnelle gagne souvent le SMIC à ses débuts. Le salaire peut varier selon les employeurs et l’entreprise.

Se lancer en auto-entrepreneur dans le métier de prothésiste ongulaire est tout à fait possible. La réussite de cette opération repose surtout sur la communication et la renommée. Difficile d’estimer ce que peut gagner une prothésiste ongulaire qui travaille à son compte, cela dépend de la clientèle et du tarif appliqué. Néanmoins, c’est sûr que l’on peut mieux gagner sa vie en ouvrant un salon.

Bien choisir l’établissement de formation

Le choix d’établissement de formation est crucial pour votre réussite, mais surtout pour la validité de votre diplôme. Avant de faire votre inscription, prenez le temps de vérifier que l’établissement dispose au moins d’une reconnaissance de l’État. C’est la garantie d’une qualité surveillée des cours et des formations.

Un établissement de formation sérieux vous donne également accès à des formations en prothésie ongulaire financées. Pour reprendre le cas de l’Ecole Française, vous pouvez par exemple remarquer que les cours peuvent être financés par votre CPF. Tout ou partie des frais de formation peut également être pris en charge par Pôle Emploi.