samedi, avril 13

La prochaine reddition de comptes Partie 1 : Ce que nous voulons

1499

La reddition de comptes commence par la question : Qu’attendons-nous des écoles ?

L’éducation devrait aider les gens à développer leur potentiel en tant qu’êtres humains, et la réforme de l’éducation devrait corriger notre système pour que les écoles le fassent mieux.

A découvrir également : Comment la structure du régime de retraite du Nevada nuit aux enseignants, aux contribuables et à ce qui peut être fait pour y remédier

Cela signifie que la reddition de comptes doit commencer par la compréhension de la façon dont nous aidons les gens à réaliser leur potentiel humain. L’absence d’une telle vision explique la crise actuelle de la responsabilisation.

A lire aussi : Symbole amour : les meilleurs symboles

Nos visions divisées de l’éducation

Le mouvement de réforme de l’éducation tel que nous l’avons connu s’est construit autour d’un engagement commun à la ” responsabilité “. Cependant, il n’a jamais développé une compréhension commune – sans grande spécificité – de ce à quoi sert l’éducation. Nous tenions trop pour acquis que nous voulions tous la même chose lorsque nous disions que nous voulions que les enfants aient “une meilleure éducation”.

C’est pourquoi, comme nous le découvrons maintenant, nous ne sommes pas d’accord sur ce que signifie la reddition de comptes.

Si le succès politique de la réforme de l’éducation remonte aux années 1990, les divers récits moraux qui animent les réformateurs de l’éducation sont plus anciens. Certains ont des racines dans le mouvement des droits civiques, se tournant vers la réforme scolaire comme moyen de réparer les dommages causés par des siècles d’oppression raciale et ethnique méchante au nom de la justice et de l’égalité. D’autres ont des racines dans la lutte contre le totalitarisme menée pendant la guerre froide, se tournant vers la réforme scolaire pour lutter contre la vague croissante de contrôle et de centralisation du gouvernement au nom de la liberté et des opportunités.

Le mouvement a été bien servi à bien des égards par ses diverses impulsions édifiantes  : “ combler le fossé de la réussite scolaire “, “ mettre les parents aux commandes “, etc. Mais elle est hantée depuis des décennies par une prise de conscience croissante du fait que ces impulsions morales ne sont pas toujours cohérentes.

La question “Que faire si le fait de confier la responsabilité aux parents ne comble pas à lui seul l’écart de rendement” a été débattue à chaque conférence sur la réforme de l’éducation à laquelle j’ai assisté. De tels débats étaient des exercices intellectuels animés et intéressants, tant qu’ils n’étaient pas trop suspendus.

Cependant, à mesure que le mouvement a commencé à connaître un succès et un élan sans précédent, les enjeux de ces débats sur ce que nous entendons par ” responsabilité ” ont considérablement augmenté. Les débats ont atteint un moment de crise où les anciens alliés ne sont plus sûrs d’avoir réellement des objectifs communs.

Que voulons-nous ? Une nouvelle vision de l’éducation pour une société pluraliste

Le temps est venu de prendre du recul par rapport aux impulsions existantes :”Combler l’écart de performance !” “Mettre les parents aux commandes ” – et recadrer la responsabilité à la lumière d’une vision plus globale de ce que nous attendons des écoles.

Avant de nous demander comment demander des comptes aux écoles, nous devons nous demander ce qu’est une bonne éducation. Avant cela vient la question : “Que signifie pour les gens grandir dans leur potentiel humain ?” Si nous demandons ce qui précède, nous arrivons aux questions vraiment fondamentales : “Qu’est-ce qui est bon ? Qu’est-ce qui est vrai ? Qu’est-ce qui est beau ?”

C’est pourquoi, historiquement, les grands changements en matière d’éducation ne sont pas le fait de personnes qui ont une vision de l’école. Ils viennent de gens qui ont une vision du bien, du vrai et du beau – et du potentiel humain pour réaliser et apprécier ces choses – qui ont des implications pour les écoles.

Platon et Aristote fondèrent l’académie classique non pas parce qu’ils voulaient de bonnes écoles, mais parce qu’ils voulaient consacrer leur vie à contempler la vérité. Les scolastiques médiévaux ont fondé l’université non pas parce qu’ils voulaient des écoles, mais parce qu’ils voulaient Dieu. Les mouvements progressistes et pragmatiques qui ont façonné les modèles éducatifs d’aujourd’hui ne concernaient pas non plus les écoles, mais une nouvelle compréhension de ce que signifie être humain.

Aujourd’hui, nous vivons dans une société pluraliste où nous sommes libres d’être en désaccord sur ce qui est bon, vrai et beau. Cette liberté, aussi bonne et précieuse soit-elle, est la raison pour laquelle nous n’avons pas de consensus sur la responsabilité éducative.

Notre liberté d’être en désaccord sur des choses transcendantes ne signifie pas que la politique publique peut échapper à la responsabilité de demander ce qui est bon, vrai et beau. En fait, l’affirmation même qu’il est bon d’avoir la liberté d’être en désaccord sur des choses transcendantes est elle-même une affirmation sur ce qui est bon, c’est-à-dire sur des choses transcendantes.

Toute politique éducative incarne et, dans une certaine mesure, impose une certaine vision morale, même si c’est seulement l’idée que la liberté d’être en désaccord est bonne. En effet, c’est dans le domaine de l’éducation que notre politique publique doit avoir le plus fort engagement moral envers la liberté et la diversité si nous voulons soutenir une société caractérisée par la liberté et la diversité.

Le défi du pluralisme est aussi pour nous l’occasion de découvrir une nouvelle vision du potentiel humain qui englobe la liberté d’être en désaccord sur les choses les plus élevées.

L’obligation de rendre des comptes à l’école doit être fondée sur une compréhension du potentiel humain visant à construire des communautés libres, ouvertes au pluralisme dans le cadre de l’état de droit et au respect des droits de l’homme, où les gens atteignent et apprécient le bien, le vrai et le beau au milieu de leurs différences sur ces mêmes choses.

C’est très abstrait. Dans le reste de cette série d’articles, je vais la déballer et l’étoffer plus concrètement. Commençons par une question de base : Que signifie concrètement “réaliser et apprécier le bien, le vrai et le beau” ?

Qu’est-ce qu’une personne instruite ? Têtes, mains et cœurs

Une façon très ancienne de penser l’éducation nous invite à considérer la formation de la personne humaine en termes de tête, de mains et de cœur. Que voulons-nous que nos enfants sachent, fassent et désirent ?

La tête de nos enfants a besoin des connaissances qui leur permettent de mener une bonne vie.

Pour mener une bonne vie, il faut des connaissances dans toutes les disciplines fondamentales des arts libéraux, une expérience au moins quelque peu éduquée des beaux-arts et bien d’autres choses encore. La plupart des gens s’entendent pour dire que le savoir religieux est également nécessaire, bien que seules certaines familles souhaitent que ce savoir soit enseigné dans les écoles de leurs enfants.

La connaissance pour une bonne vie exige aussi de la cohérence. Les disciplines de l’apprentissage ne peuvent être séparées en chambres isolées. Les gens éduqués de cette façon ne savent pas comment relier une chose à une autre, donc toutes leurs connaissances ont tendance à s’effondrer en tant de données insignifiantes. Nous ne recevons pas non plus beaucoup d’aide de gadgets qui rassemblent à la main des éléments de diverses disciplines sans les intégrer, comme par exemple demander aux élèves de lire des textes scientifiques en classe d’anglais. Éduquer la tête avec cohérence exige une capacité générale de relier les connaissances entre les domaines dans un modèle cohérent de signification.

Bien sûr, la question de savoir quels modèles de sens nous devrions voir est controversée dans une société pluraliste, un fait sur lequel nous reviendrons dans les prochains articles de cette série. Mais si les systèmes de responsabilisation exigent seulement que les écoles enseignent aux enfants des paquets de données discrètes et qu’elles n’exigent pas d’eux qu’ils aident les élèves à acquérir la sagesse nécessaire pour que toutes ces données aient une signification cohérente, nous ne produirons tout simplement pas de têtes instruites.

Les mains de nos enfants ont besoin d’aptitudes et de compétences pratiques pour mener une bonne vie.

Dans une société complexe dotée d’une économie moderne et entrepreneuriale, les compétences pour des emplois précis ne devraient pas être une priorité au niveau de la maternelle à la 12e année. A tout moment, une ligne de travail donnée peut être délocalisée, ou être reprise par des robots, ou être rendue obsolète par d’autres changements. Néanmoins, l’éducation exige des pratiques concrètes, très spécifiques et culturellement incarnées pour les mains – les aptitudes et les compétences qui sont communes à notre mode de vie américain.

Les étudiants doivent savoir comment parler à un patron ou à un client sur le lieu de travail et comment faire une présentation lors d’une réunion. Ils ont besoin de savoir ce que contient la Constitution et quels sont leurs droits si, par exemple, ils sont accusés d’un crime ou, d’ailleurs, inscrits sur une liste de surveillance des terroristes sans même avoir été officiellement accusés.

Bien entendu, le choix d’une liste particulière de compétences nécessaires fera l’objet d’une controverse. La bonne solution pour laquelle, encore une fois, nous reviendrons. Mais si les écoles ne précisent pas, en fait, quelles compétences particulières sont nécessaires, nous ne produirons tout simplement pas des mains instruites.

Le cœur de nos enfants a besoin d’une profonde formation morale pour une bonne vie.

Ce que j’ai dit plus haut au sujet de la tête et des mains pointe directement vers notre besoin le plus profond, le cœur. Intégrer la connaissance à travers les domaines en un tout cohérent, ou enseigner des pratiques concrètes et culturellement incarnées implique d’avoir une vision de ce qui est bon, vrai et beau.

De telles visions ne sont pas une question de simple connaissance de la tête ; elles vont au cœur de ce que nous sommes. Dans ce contexte, ” cœur ” ne signifie pas expérience émotionnelle par opposition à une raison froide et sans passion, comme le Dr McCoy qui échange une phrase avec M. Spock (le trio tête-coeur-mains étant complété, je suppose, par le célèbre capitaine Kirk, ” mains sur la main “). Traditionnellement, le cœur signifiait la volonté – la partie désirant de l’âme, par opposition à la partie consciente. Les émotions naissent des désirs, ce sont donc les désirs qui ont le plus besoin d’être éduqués.

Le bon caractère exige la formation aux vertus comme l’honnêteté, la maîtrise de soi, la diligence et la générosité, ainsi que l’intériorisation d’un sens du but de la vie et de la légalité. La suggestion selon laquelle les écoles devraient enseigner les vertus morales n’est pas du tout radicale. Les écoles de district ainsi que les écoles à charte et les écoles privées dépensent au total des centaines de millions de dollars par année pour les programmes du caractère. Il ne s’agit pas, comme certains pourraient le soupçonner, de causes politiquement à la mode comme le recyclage, mais des vertus traditionnelles (honnêteté, maîtrise de soi, diligence, générosité, etc.). Le caractère moral est en déclin, non pas parce que les écoles ne font pas d’efforts pour l’enseigner, mais parce que ces efforts n’atteignent pas des niveaux élevés de réussite, pour les raisons que nous examinerons plus loin dans cette série.

En fait, un examen des programmes de formation du caractère existants dans les écoles révèle que c’est probablement le domaine où nous sommes le moins en désaccord. Demander si les écoles devraient enseigner aux élèves à comprendre le sens de la vie ou les compétences dont ils ont besoin pour être prêts pour la vie, et nous constatons un désaccord instantané. Demandez aux élèves s’ils devraient apprendre à être honnêtes, autocontrôlés, diligents, etc. et il semble y avoir peu de controverse.

Pourtant, les vertus morales sont presque entièrement absentes de la discussion sur la reddition de comptes. Dans la mesure où elles apparaissent, elles ont été réinterprétées comme des “compétences” neutres en termes de valeurs (par exemple, “compétences citoyennes” ou “éducation civique“). Nous semblons penser que nous ne pouvons pas tenir les écoles responsables de la formation des élèves en matière de vertu, de but et de légalité. Et cela, comme nous le verrons, est lié à la raison pour laquelle nos écoles ne produisent pas de cœurs éduqués.

La clé de ce que nous voulons, c’est où nous l’obtenons

Si les écoles ont besoin de savoir quelque chose sur les choses supérieures, alors nous devons construire l’éducation de manière à ce qu’elle ne soit pas minée par notre désaccord sur ces choses. Au fond, la principale chose que nous ne voulons pas actuellement de la part des écoles, c’est qu’elles soulèvent ces questions inconfortables, qui risquent de créer des divisions. Mais c’est vraiment la même chose que de dire que nous ne voulons pas que les écoles éduquent.

Comment, alors, pouvons-nous obtenir ce que nous voulons ? Pour répondre à cette question, nous devrons nous tourner vers l’endroit où nous nous adresserons aux enseignants, aux écoles, aux directeurs d’école et aux entrepreneurs de l’éducation. Pendant que nous avons nos débats abstraits sur la façon dont l’éducation devrait être dispensée, ils ont été occupés à éduquer des millions d’élèves. Comment le font-ils malgré tous les obstacles ? A quoi ressemble une bonne éducation aujourd’hui, dans la mesure où elle existe déjà dans certaines écoles, et quels types de systèmes de responsabilisation la soutiennent ou la sapent ? Ce sera le sujet des prochains articles de cette série.

Pour en savoir plus sur cette série, visitez :

Introduction : “La prochaine responsabilité : Obtenir ce que nous attendons des écoles – sans technocratie

Partie 2 : “La prochaine reddition de comptes Partie 2 : D’où nous venons ce que nous voulons“.

Partie 3 : “La prochaine responsabilité Partie 3 : Ce que nous n’attendons pas des écoles.

4ème partie : ” “.La prochaine reddition de comptes Partie 4 : Qui nous sommes

Cinquième partie : ” “…La prochaine reddition de comptes Partie 5 : Comment nous obtenons ce que nous voulons

*Les opinions exprimées par nos blogueurs invités sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement celles d’EdChoice.

La reddition de comptes dans l’éducation : un besoin urgent de transparence et de responsabilité

La reddition de comptes dans l’éducation est d’une importance capitale pour notre société. Il faut mettre en place des mécanismes adéquats afin d’assurer la transparence et la responsabilité dans ce domaine crucial.

Effectivement, l’éducation joue un rôle fondamental dans le développement individuel et collectif. Elle contribue à former les citoyens de demain, leur permettant ainsi de s’épanouir pleinement et de participer activement à la construction d’une société solide et équilibrée.

Il est regrettable que certains problèmes persistent au sein du système éducatif. Les ressources sont souvent mal utilisées ou insuffisamment allouées aux besoins réels des élèves et des enseignants. Cette situation crée une inégalité flagrante entre les différentes institutions scolaires, mettant ainsi en péril l’accès à une éducation de qualité pour tous.

Dans ce contexte, la reddition de comptes apparaît comme un besoin urgent qui ne peut être négligé. Il s’agit d’un processus par lequel les différentes parties prenantes impliquées dans l’éducation doivent rendre compte publiquement des décisions prises, des actions entreprises et des résultats obtenus.

La transparence constitue la pierre angulaire de cette démarche. Elle exige que toutes les informations pertinentes soient accessibles au public afin qu’il puisse se forger une opinion éclairée sur l’utilisation des ressources financières et humaines allouées au système éducatif.

Il est primordial que cette reddition soit accompagnée d’une véritable responsabilisation. Les acteurs clés du secteur doivent être tenus pour responsables de leurs actions, afin d’éviter tout abus ou mauvais usage des ressources.

Cela passe par l’adoption de mécanismes de contrôle rigoureux et indépendants, capables d’évaluer objectivement les performances des établissements scolaires et des acteurs impliqués. Les résultats obtenus doivent refléter la réalité du terrain et permettre une prise de décision éclairée en vue d’améliorer continuellement le système éducatif.

La reddition de comptes dans l’éducation est donc un impératif majeur si nous souhaitons construire un avenir solide pour nos générations futures. Elle favorise la transparence, encourage la responsabilité et garantit une meilleure utilisation des ressources allouées à l’éducation.

Il est temps que les autorités compétentes prennent conscience de cette nécessité urgente pour mettre en place les dispositifs adéquats. Il faut aussi encourager la participation active de toutes les parties prenantes : élèves, parents, enseignants et citoyens engagés dans le processus d’amélioration continue du système éducatif.

Il faut rendre des comptes dans l’éducation. C’est seulement ainsi que nous serons à même d’offrir à tous nos enfants les meilleures conditions pour leur développement intellectuel et humain.

Les défis de la reddition de comptes : des indicateurs pertinents et fiables pour mesurer la qualité de l’éducation

La reddition de comptes dans le domaine de l’éducation est confrontée à divers défis, notamment celui d’établir des indicateurs pertinents et fiables pour mesurer la qualité de l’enseignement dispensé.

Effectivement, évaluer la qualité de l’éducation n’est pas une tâche aisée. Il ne suffit pas seulement d’examiner les résultats des élèves aux examens standardisés ou les taux de réussite scolaire pour juger du niveau d’apprentissage atteint. La qualité de l’éducation doit être appréhendée dans sa globalité, prenant en compte différents paramètres tels que le contenu des programmes, les méthodes pédagogiques utilisées, l’environnement scolaire et bien plus encore.

Pour cela, il est nécessaire de développer des indicateurs qui permettent une évaluation approfondie et objective. Ces indicateurs doivent couvrir différents aspects clés du processus éducatif tels que la profondeur des connaissances acquises par les élèves, leur capacité à résoudre des problèmes complexes, leur créativité ainsi que leurs compétences transversales telles que la collaboration ou la pensée critique.

Il faut également prendre en compte des critères liés à l’équité et à l’inclusion. Effectivement, il ne suffit pas simplement d’améliorer les performances moyennes des élèves ; il faut aussi s’assurer que tous les enfants ont accès à une éducation de qualité, indépendamment de leur origine sociale ou ethnique.

Mettre en place ces indicateurs pertinents présente un défi majeur : trouver un juste équilibre entre quantité et qualité des données collectées. Il est crucial de ne pas tomber dans une surcharge d’informations qui rendrait difficile l’analyse et la comparaison des résultats obtenus.