lundi, octobre 28

Une éducation plus rigoureuse : L’histoire du choix scolaire d’une famille douée

19

Dans cet épisode d’EdChoice Chats, Abby Hayes, notre directrice du CRM et du marketing par courriel, parle avec Ola Alayande, mère de sept enfants, de l’expérience de sa famille avec le programme de bourses de crédit d’impôt de la Floride, qui donne à ses élèves très performants l’accès au programme exigeant dont ils ont besoin.

ÉCOUTER SUR ITUNES

A lire également : Mode masculine 2019 : tendances de la mode masculine 2019 et adorables idées de vêtements pour hommes 2019

ÉCOUTER SUR STITCHER

Abby Hayes : Bienvenue dans un autre épisode des Chats EdChoice, je suis Abby Hayes. Notre responsable CRM et email marketing chez Ed Choice. Aujourd’hui, j’interviewe Ola, de Floride, dont les sept enfants fréquentent une école catholique grâce au programme de bourses d’études avec crédit d’impôt de la Floride.

A découvrir également : Guide de l'identification du NIF de naissance : Nouvelle demande ou inscription en ligne (2019)

C’est une super interview, j’espère que vous apprécierez.

Parlez-nous un peu de votre famille pour commencer. Vous avez pas mal d’enfants, je crois.

Olasumbo Alayande : C’est ce que je fais. J’ai… J’ai eu la chance d’avoir sept enfants au total. En fait, ma famille est le résultat de deux familles reconstituées.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Oui. Mon aîné a 14 ans. C’était ma première enfant avant le mariage. Puis mon mari, quand je l’ai épousé, il est venu avec quatre enfants. Ce qui est l’enfant numéro deux, qui a douze ans. L’enfant numéro trois, qui est neuf, elle a neuf ans, et un groupe de jumelles, six ans.

Abby Hayes : Oh mon Dieu !

Olasumbo Alayande : Donc, oui. Donc, après notre mariage, nous sommes passés d’un ménage de deux familles à un ménage de sept familles, parce que c’était mon mari et quatre autres enfants. C’était donc une grande famille au départ.

Abby Hayes : Bien sûr.

Olasumbo Alayande : Donc, quelques années plus tard, nous avons ajouté les deux plus jeunes garçons entre nous. Nous sommes donc issus d’une famille reconstituée. Mes enfants allaient à l’école publique.

J’étais prof de maths à l’école publique. J’ai enseigné les mathématiques à l’école publique du comté de Duval pendant quelques années. Alors, quand j’ai décidé que nous allions avoir deux autres enfants, j’ai décidé que je devais quitter les écoles publiques du comté de Duval, afin de pouvoir m’impliquer davantage auprès de mes enfants. Alors, mes enfants sont allés à l’école publique du comté de Duval.

Malheureusement, à l’école publique du comté de Duval, les écoles qu’ils fréquentaient n’ont pas répondu à mes attentes quant à leur niveau d’éducation parce que mes enfants étaient en tête.

En gros, ils ne leur donnaient pas plus… Être rigoureux dans le travail.

J’ai donc décidé que j’allais examiner d’autres possibilités pour eux d’aller dans d’autres écoles pour voir si leur programme serait un peu plus rigoureux.

Quelqu’un m’a recommandé au Christ Roi. J’ai donc appelé le Christ Roi, l’école où mes enfants vont actuellement, et je leur ai demandé s’ils avaient des bourses d’études. La réceptionniste m’a dit : “Nous offrons…” Qu’ils offrent des bourses d’études catholiques, cependant, “Avez-vous déjà entendu parler de Step Up…” Je me dis : “Qu’est-ce que Step Up ?”

J’enseigne à l’école publique du comté de Duval depuis 10 ans, et je n’ai jamais entendu parler de Step Up. Parce que tous mes enfants vont dans les écoles publiques du comté de Duval. Alors, quand elle m’en a parlé, elle m’a parlé du site web.

Et j’ai dit : “Bon, laisse-moi aller jeter un coup d’œil.” À ce moment-là, j’étais au chômage. Je n’enseignais qu’à temps partiel à l’université ou dans le nord de la Floride, comme professeur auxiliaire de mathématiques à temps partiel. Ce qui veut dire que mon niveau de revenu n’était pas suffisant pour mes cinq, presque six enfants, eh bien, cinq enfants à l’époque, parce que mes deux plus jeunes étaient encore très petits pour commencer une vraie école. Ils allaient toujours à la garderie. Que mes cinq enfants aillent dans une école catholique.

Alors, j’ai enquêté. Je me suis dit : “D’accord, je vais jeter un coup d’œil pour voir si je peux me qualifier.” Alors, j’ai fait la demande et je me suis qualifié. Alors, quand il est revenu, j’ai rappelé l’école, et ils m’ont dit : “Devinez quoi ? Vous pouvez amener tous vos enfants à l’école catholique Christ the King, et vous n’auriez pas à payer un centime” J’étais furieux ! Je suis tombé par terre. J’étais comme-

Abby Hayes : C’est incroyable.

Olasumbo Alayande : …”Tu es sérieux ?” Elle était genre,”Oui.” J’étais genre,”Ok, c’est un obstacle en bas.”Alors, maintenant je dois regarder l’autre obstacle, et l’autre obstacle était : “Votre programme d’études est-il assez rigoureux pour mes enfants ? parce que, comme je l’ai dit plus tôt, mes enfants sont des enfants de haut niveau, de classe A.” Donc, je dois m’assurer que ce dans quoi je m’engageais n’était pas un pas plus bas que ce que je viens de dire.

Abby Hayes : Bien sûr.

Olasumbo Alayande : Parce que mes enfants à Duval County Public Schools, de sorte que leurs écoles étaient les trois meilleures écoles étaient dans les trois meilleures écoles du comté de Duval, l’école primaire. Ainsi, quand je suis venu au Christ Roi, le premier professeur que j’ai rencontré était diplômé de Notre Dame. J’étais genre,”D’accord.”

Abby Hayes : Wow, ouais.

Olasumbo Alayande : Elle m’a dit, elle m’a dit, elle m’a dit, elle m’a dit : “Je vais mettre en place un programme différent pour votre fils. Et je sais à quel point il était performant ” Il a passé le test de quatrième année, et ils n’étaient qu’en quatrième année, et il a passé le test de cinquième année.

Abby Hayes : Wow.

Olasumbo Alayande : C’est vrai. Je lui ai dit : “Tu vois de quoi je parle ?” Le directeur m’a dit : “Je n’ai jamais vu un enfant obtenir 100 % à aucun des tests préliminaires auparavant. J’ai dit : “Sachez que vous connaissez le genre d’enfants que j’ai. Je dois m’assurer que j’ai cette option ici où ils peuvent recevoir un travail rigoureux. Ainsi, Step Up a donné à mes enfants et à moi-même la possibilité à mes enfants de recevoir une éducation de niveau supérieur sans frais pour moi.

Abby Hayes : C’est incroyable.

Olasumbo Alayande : Parce que je n’aurais pas pu me le permettre.

Abby Hayes : J’imagine.

Olasumbo Alayande : C’est vrai. Ma fille aînée va voir l’évêque Kenny. Elle reçoit aussi Step Up. Elle est en troisième.

Abby Hayes : Est-ce que-

Olasumbo Alayande : Je suis désolé, allez-y.

Abby Hayes : Est-ce que l’autre école… Non, c’est bon. L’autre école, le Christ Roi, c’est ça ? C’est juste pour l’élémentaire ? C’est pour ça qu’elle est dans une autre école ?

Olasumbo Alayande : C’est juste pour le primaire et le collège. Oui.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Juste pour l’élémentaire et le moyen. Mais c’est une école qui alimente l’évêque Kenny. Mais, même si elle n’est jamais montée à Step Up jusqu’au Christ Roi, ou jusqu’en huitième année, elle est allée dans une autre école. Mais elle a reçu Step Up en 3ème. Ce qui était incroyable. Parce que maintenant, même si elle est en neuvième année et qu’il ne lui reste que la moitié de l’année, elle a passé le pré-SAT, et elle a obtenu plus de 1 000 points sur 1 520.

Abby Hayes : C’est incroyable.

Olasumbo Alayande : J’ai des enfants très performants, et j’ai besoin de le savoir quand ils iront à l’école. Qu’ils recevront ce qu’ils sont censés recevoir, de sorte que lorsqu’ils reviendront à la maison, je me contenterai d’assurer le suivi de l’éducation. Je ne veux pas me retrouver dans une situation où je dois enseigner l’éducation de base à mes sept enfants dès le début, et puis je suis surmené à travailler moi-même.

Abby Hayes : Bien sûr.

Olasumbo Alayande : Je dois m’assurer que l’école qu’ils fréquentent leur donne les connaissances de base, alors quand ils rentreront à la maison, je travaillerai avec eux pour améliorer leurs connaissances, pour accroître leurs connaissances. Alors, Step Up m’a donné cette opportunité.

L’autre jour, je disais à mon mari que j’avais calculé combien de Step Up me donnait. J’ai dit à mon mari que si je sortais de chez moi et que j’allais travailler à plein temps, tu comprends ce que je te dis ?

Abby Hayes : Bien sûr.

Olasumbo Alayande : Du lundi au vendredi, huit à cinq ans, mon salaire peut suffire, peut-être juste assez pour payer les frais de scolarité des sept enfants. Mais je ne ramènerais jamais rien d’autre à la maison. C’est ce qu’il y a à faire.

Abby Hayes : Vous êtes une professionnelle très qualifiée. C’est de la folie.

Olasumbo Alayande : C’est vrai. J’ai une maîtrise en sciences mathématiques.

Abby Hayes : Oui.

Olasumbo Alayande : Je pourrais sortir et trouver un travail à plein temps. Je pourrais le faire, mais je dois aussi tenir compte du fait que ce n’est pas seulement les frais de scolarité, mais que je dois aussi payer les soins prolongés le matin et l’après-midi. Donc, j’ai devant moi plus de 70 000 $ de frais de scolarité. Je ne peux pas me le permettre.

Abby Hayes : Bien sûr, pas question.

Olasumbo Alayande : Pour les sept enfants, c’est impossible ! Alors, Step Up a beaucoup fait pour moi. C’est la deuxième année que nous recevons Step Up. C’est notre deuxième année. J’ai déjà été pré-qualifié pour l’année scolaire prochaine, ce sera donc notre troisième année.

Abby Hayes : Super.

Olasumbo Alayande : Mais, tant que le gouvernement continuera de nous accorder Step Up, mes enfants auront la possibilité de recevoir une éducation de niveau supérieur et, en même temps, une éducation plus rigoureuse. Mais, en même temps, être capable de venir à l’école et de se sentir en sécurité.

Parce que, quand ils étaient dans les autres écoles, c’était toujours un combat ou l’autre. Cela prive mes enfants de la possibilité d’apprendre dans leur classe. Mais ici, dans cette école, il n’y a pas de bagarres, il n’y a pas de réprimandes, tout est apprentissage. C’est de l’éducation. C’est exactement pour cela que je veux que mes enfants aillent à l’école. Donc, Step Up a fourni cela pour moi et ma famille.

Je continuerai d’être reconnaissant envers Step Up, car, encore une fois, sans Step Up, je n’aurais pas pu payer l’école privée pour mes enfants.

Abby Hayes : Bien sûr.

Je suis curieuse de savoir si vous et votre mari venez d’un milieu catholique, et comment cela a-t-il influencé votre décision, d’une façon ou d’une autre ?

Olasumbo Alayande : Non, nous ne l’avons pas fait. Vous voyez, nous sommes chrétiens. Nous sommes des chrétiens non confessionnels.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Je crois que j’aurais pu choisir d’autres écoles privées, mais une école catholique a des valeurs, et ils ont leurs propres façons de faire les choses. Quand je dis qu’ils ont leur propre façon de faire les choses, ils ont une structure. Cette structure est donc très importante dans la vie d’un enfant. Lorsqu’un enfant a la possibilité de faire ce qu’il veut à un si jeune âge, il se peut que nous ne soyons pas en mesure de le guider de la façon dont nous voulons le guider. Mais quand un enfant sait qu’il a des règles, il y a des conséquences, et il y a une structure que je dois suivre, alors c’est essentiellement une compétence de vie. Qu’ils doivent obtenir. Qu’ils doivent apprendre. Qu’il y a une structure pour tout.

Donc, quand je suis arrivé dans une école catholique, c’était la première chose que je cherchais. Je cherchais une structure pour que mes enfants puissent suivre un environnement structuré, rien à redire. C’est la première.

Deuxièmement, c’est un milieu chrétien, et je veux aussi qu’ils apprennent la religion pendant qu’ils sont à l’école. Ce sont les deux choses que j’ai regardées quand j’ai choisi une école catholique. Comme je l’ai dit, j’avais le choix d’aller dans d’autres écoles privées qui ne sont pas catholiques. Mais les écoles catholiques ont une structure, et c’est exactement ce que je cherchais.

Abby Hayes : Bien sûr, c’est logique.

Alors, vos sept enfants sont tous à l’école maintenant ? Sont-ils tous d’âge scolaire ?

Olasumbo Alayande : Oui. Sauf le plus jeune, le bébé, il a deux ans.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Ça fera deux mois et demi dans quelques mois. Mais il ira aussi à l’école maternelle Christ the King, Pre-k 2 en février quand il aura deux ans et demi.

Abby Hayes : Très bien.

Olasumbo Alayande : Donc, il suit le modèle de ses frères et sœurs. C’est le seul pour qui je paie les frais de scolarité en ce moment.
Abby Hayes : D’accord. C’est ce que j’allais demander.

Olasumbo Alayande : Celui qui est juste devant lui, il est en Pré-Kk 4, et il a reçu VPK, cette année.

Abby Hayes : Oh, ok. D’accord. Alors, est-ce que c’est-

Olasumbo Alayande : Oui.

Abby Hayes : S’agit-il d’une bourse distincte de celle du crédit d’impôt ? Est-ce que tu le sais ? Je suis juste curieux.

Olasumbo Alayande : C’est un type de bourse distinct.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Ça s’appelle VPK, le programme volontaire de pré-maternelle. Elle n’est accordée qu’aux enfants, quel que soit leur niveau de revenu, et elle n’est accordée qu’aux enfants âgés de quatre ans avant la maternelle 4.

Abby Hayes : Bien sûr, c’est logique. D’accord.

Olasumbo Alayande : Oui.

Abby Hayes : C’était donc sa première année dans ce programme ?

Olasumbo Alayande : Oui, parce que c’est sa première année. Ainsi, l’année prochaine, il sera à la maternelle, et il a déjà reçu une bourse pour l’année prochaine grâce à Step Up.

Abby Hayes : D’accord.

Alors, comment s’est déroulé le processus de demande pour être admissible à la bourse d’études pour le crédit d’impôt et continuer à l’utiliser ?

Olasumbo Alayande : Parce que je suis une personne très détaillée, je ne peux que parler de mon expérience. Le fait est que c’était très facile. C’était très simple. Le plus important, c’est d’être en mesure d’avoir tous vos documents en ordre avant de présenter votre demande. Ainsi, lorsque vous présentez une demande et qu’il vous dit de télécharger certains documents, vous les avez déjà. Mais, si vous ne les avez pas et que vous présentez une demande, le processus de demande vous donne quand même l’occasion de retourner la demande, les documents administratifs et les pièces justificatives de la demande. Mais, comme je l’ai dit, j’ai sept enfants, et tous mes documents sont toujours en ordre, dans un classeur, de sorte que lorsque j’ai présenté ma demande, j’ai pu la terminer dans l’heure.

Pour une nouvelle demande, cela m’a pris moins de 30 minutes, car tout était déjà téléchargé sous forme de copies électroniques sur mon ordinateur.

Abby Hayes : D’accord.

Donc, pour la nouvelle demande, est-ce qu’ils ne font que vérifier le revenu et l’endroit où vos enfants vont à l’école ? Quels types d’informations recherchent-ils ?

Olasumbo Alayande : En gros, la réapplication, c’est comme si on recommençait tout à zéro.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Mais, même s’ils ont l’information sur les enfants qui nous sont actuellement attribués, si vous ajoutez, comme je dois ajouter mon…

Le fils de la maternelle, qui sera à la maternelle l’an prochain, parce qu’il n’était pas à Step Up cette année, alors je dois l’ajouter, mais à part cela, ils ont déjà l’information concernant les cinq autres enfants. Bien qu’ils le fassent, ils demandent quand même certaines choses, comme des talons de chèque de paye, des preuves de résidence, des dossiers physiques et d’immunisation.

Abby Hayes : D’accord, c’est logique.

Olasumbo Alayande : Oui. C’est juste une mise à jour des informations. Mais ils ont déjà l’information sur les enfants, sur l’école qu’ils fréquentent et sur le niveau scolaire qu’ils vont fréquenter. Parce que le processus de demande est très fluide, vraiment.

Abby Hayes : Oui.

Olasumbo Alayande : Ce n’est pas difficile du tout.

Abby Hayes : D’accord. C’est une bonne chose.

Vous habitez loin de l’école ?

Olasumbo Alayande : Oh mon Dieu, je vis, je dirais à cinq minutes de l’école.

Abby Hayes : Oh ! C’est parfait ! J’allais demander si le transport est un problème, mais apparemment non. C’est merveilleux.

Olasumbo Alayande : C’est vrai. J’habite à cinq minutes du Christ Roi, mais pour mon aîné, j’habite à environ 15 minutes de son école.

Abby Hayes : D’accord. Tu la déposes tous les jours et tu viens la chercher ?

Olasumbo Alayande : Oui. Oui. Tout à fait d’accord. Je n’aurais jamais pu lui payer le transport. Mais, une autre chose que je voulais dire à propos de son école, c’est que même si je reçois Step Up, ils m’ont aussi donné une aide financière.

Abby Hayes : Vraiment ? Wow.

Olasumbo Alayande : Oui. Donc, ses frais de scolarité de 13 000 $ sont venus s’ajouter aux frais d’inscription et aux frais pour l’iPad, qui sont tombés à 945 $ que je dois payer.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Mais, les frais pour l’iPad étaient de 265 $ et l’enregistrement de 1 200 $. J’ai donc dû payer 1 465 $ pour faire une demande d’inscription à l’école, puis 945 $ avant le début des cours, ce qui était le reste. Parce qu’ils ont accordé à ma fille une bourse supplémentaire de 3 800 $ du système scolaire catholique.

Abby Hayes : Wow !

Olasumbo Alayande : Oui. Christ le Roi l’a aussi fait, parce que Step Up ne paie pas la totalité des frais de scolarité.

Abby Hayes : D’accord.

Olasumbo Alayande : Alors, le Christ Roi a anéanti tout le reste.

Abby Hayes : C’est formidable.

Olasumbo Alayande : Je n’ai pas à payer un centime, oui.

Abby Hayes : C’est formidable.

Olasumbo Alayande : Je n’ai pas à payer un centime. La seule personne que j’ai payée chez Christ the King était mon fils pré-K4, car VPK ne paie que jusqu’à 11h30 du matin. On doit donc payer jusqu’à 15 h. C’est ça, c’est ça.

Abby Hayes : Je vois, ok.

Olasumbo Alayande : Oui. Donc, ce montant, je dirais, c’est peut-être beaucoup pour moi, mais c’est très peu par rapport à ce que j’avais au départ.

Abby Hayes : Bien sûr.

Olasumbo Alayande : Comme je vous l’ai dit, les frais de scolarité sont de plus de 70 000 $ pour moi, chaque année.

Abby Hayes : Oui.

Olasumbo Alayande : Chaque année.

Abby Hayes : Wow.

Olasumbo Alayande : Et je finis par payer de ma poche entre 5 000 $ et 10 000 $ pour cela, de ce montant.

Abby Hayes : D’accord. Entre tous les enfants. Wow.

Olasumbo Alayande : Oui, entre tous les enfants. Peut-être 10 000 $ oui. Un an.

Abby Hayes : C’est incroyable.

Olasumbo Alayande : C’est incroyable. Oui, ça l’est.

Abby Hayes : Oui.

Olasumbo Alayande : Je le ferai, tous les… Et je dis à mon mari chaque année : “Tu sais quoi ? Je suis si reconnaissante pour Step Up, parce que sans Step Up, mes enfants n’auraient pas eu l’opportunité de venir dans une très bonne école privée catholique.”

Abby Hayes : Oui.

Olasumbo Alayande : Ce serait impossible. Parce que, peu importe la quantité de travail, je dois littéralement travailler de huit à cinq heures, du lundi au vendredi, pour être en mesure de payer les frais de scolarité. C’est ça, c’est ça.

Abby Hayes : Oui. Ouais.

Alors, comment vont vos enfants maintenant qu’ils ont changé ? Est-ce qu’ils s’amusent vraiment ?

Olasumbo Alayande : Oui ! Ils s’en sortent très bien ! Ma fille aînée, elle est membre des Kenny’s Angels. Ce sont des filles de l’école qui font du bénévolat à l’école toute l’année. Elle est aussi en classe de chant choral, et ils chantent à la messe, quand ils font la messe à l’église, à l’école. Ils chantent aussi des chants de Noël dans toute la ville.

Abby Hayes : Oh, amusant !

Olasumbo Alayande : …. ils seront au centre-ville de St. John’s demain en chantant des chants de Noël. Elle est très impliquée. Elle est très douée en musique. Elle est donc très impliquée dans l’école, de cette façon. Elle adore ça. Elle est très à l’aise avec le décor.

Mon deuxième enfant, qui est au collège ici à Christ the King, est impliqué dans le softball. C’est un bon élève à l’école. En fait, je ne veux pas me vanter, mais il a obtenu la meilleure note au test qu’ils ont passé cette année en mars. C’est lui qui a marqué le plus de points. Il était dans le 99e percentile. D’accord ?

Abby Hayes : C’est génial !

Olasumbo Alayande : Ils s’en sortent très bien. Ils participent toujours aux programmes, aux programmes de Noël qu’ils mettent sur pied chaque année.

Mes jumeaux, même s’ils s’habituent à l’école, ils adorent l’école. Une de mes jumelles avait un petit défi avec la lecture, maintenant elle est en train de lire au CP. Je veux dire, elle va très bien.

Mon élève de maternelle 4, mon fils qui est en maternelle 4, il lit en CE2, mais il est en maternelle 4.
Ils sont très… Mes enfants sont très talentueux et très doués sur le plan scolaire.

Abby Hayes : Ouais, ouais, ouais, ça en a tout l’air.

Olasumbo Alayande : Je suis très heureux… Oui. Je suis très heureux qu’ils aient l’occasion d’être parmi leurs pairs, et qu’ils aient l’occasion d’être dans une classe… Cet environnement où ils n’ont pas à avoir peur que quelqu’un les intimide ou les batte, parce que l’intimidation n’est tolérée dans aucun système scolaire catholique. Ils réprimandent, et j’en suis très heureux. Ils ne frottent pas quelqu’un sur la tête, ne lui tapotent pas la main et ne lui disent pas : “Ne t’inquiète pas. Non, ils me réprimandent, et j’en suis très heureux.

Abby Hayes : Bien, bien.

Je suis content que tu aies vécu une si belle expérience. C’est merveilleux à entendre.

Olasumbo Alayande : Oui, merci, merci.

Abby Hayes : Eh bien, nous apprécions vraiment le temps que vous nous avez accordé aujourd’hui. Y a-t-il autre chose que vous aimeriez que nous sachions au sujet de votre expérience Choix de l’école ?

Olasumbo Alayande : La seule chose que j’aimerais que vous sachiez, c’est que je prie pour que cette bourse d’études continue d’être offerte à des familles comme la mienne, car quand j’étais jeune, mes parents me disaient que l’éducation est la chose la plus importante dans la vie. Une fois que vous avez fait des études, vous pouvez réaliser ce que vous voulez atteindre. Rien ne peut t’arrêter.

Donc, je crois que si mes enfants peuvent obtenir l’éducation de base, l’éducation de base… Quand je dis élémentaire, je veux dire terminer l’école secondaire avec un bon résultat, ou une bonne moyenne générale, ou un bon SAT, pour que vous puissiez aller au collège, alors le ciel est votre limite. Mais, si vous n’avez pas une bonne éducation, un bon bagage, vous luttez toute votre vie. C’est comme ça, c’est tout. Je suis donc heureux que Step-Up nous ait donné, à moi et à mes enfants, l’occasion d’y parvenir.

Je vous remercie.

Abby Hayes : Oui. Merci beaucoup. Merci beaucoup.

Olasumbo Alayande : Il n’y a pas de quoi.

Abby Hayes : Merci d’avoir passé un peu de temps avec nous sur EdChoice Chats. N’oubliez pas de vous abonner sur Sound Cloud, iTunes ou Stitcher Radio. Suivez-nous sur les médias sociaux @edchoice et n’oubliez pas de vous inscrire pour recevoir les mises à jour par courriel sur notre site Web à www.edchoice.org.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!