samedi, septembre 5

Quitter au point de basculement : Pourquoi le moment n’est-il pas venu d’abandonner l’enseignement catholique en milieu urbain ?

43

Dans son livre du même nom paru en 2000, Malcolm Gladwell décrit un ” point de basculement ” comme ” ce moment magique où une idée, une tendance ou un comportement social franchit un seuil, bascule et se propage comme un feu de forêt “. C’est un phénomène que l’on observe à maintes reprises dans les mouvements sociaux et dans les changements de politiques, et que l’on pourrait bien observer dans la lutte pour le choix parental en général et pour les bons et les crédits d’impôt en particulier.

L’idée de permettre aux parents d’utiliser l’argent de l’État pour fréquenter des écoles privées ou religieuses n’est pas nouvelle. En fait, les premières écoles “publiques” des États du pays étaient dirigées par des sociétés protestantes et imprégnées de programmes religieux (et souvent anti-catholiques). Ce n’est que lorsque les catholiques ont commencé à se battre pour un financement égal pour les écoles catholiques que la pression pour rendre les écoles publiques religieusement neutres a commencé.

A voir aussi : Un enseignant qui approuve le choix de l'école ?

Mais aujourd’hui, la question de savoir si l’argent public peut être utilisé par les parents pour choisir des écoles privées ou paroissiales est une question brûlante. Et, tandis que la lutte pour le choix des écoles publiques, sous la forme de l’expansion des écoles à charte, a explosé, la pression en faveur de l’expansion des bons d’études et des crédits d’impôt a été plus lente. La première loi sur les bons a été adoptée la même année que la première loi sur la charte, mais aujourd’hui, seuls 27 États et D.C. ont accès au choix d’une école privée sous forme de bons d’études ou de bourses d’études donnant droit à un crédit d’impôt, contre 44 États et D.C. qui ont des écoles publiques à charte.

Bien sûr, le passé n’est pas nécessairement un prologue. Il semble que l’appui du public et l’expansion des chartes ralentissent, tout comme l’appui au choix de l’école privée s’accroît.

A voir aussi : Les enseignants veulent juste enseigner : Entrevue avec Stanton Skerjanec, enseignant et partisan du choix de l'école

Un Éducation Prochaine opinion publique a révélé que “le soutien aux écoles à charte a chuté de 12 points de pourcentage entre 2016 et 2017.” Au cours de la même période, 55 p. 100 des répondants étaient en faveur de bourses d’études sous forme de crédits d’impôt et 45 p. 100, de bons d’études. De plus, le pourcentage de répondants qui s’opposent aux crédits d’impôt ou aux pièces justificatives est passé de 44 % à 37 % et de 29 % à 24 %, respectivement.

Ces changements dans l’opinion publique peuvent également servir de catalyseur pour agir dans des endroits improbables. Prenons l’Illinois, par exemple. Les défenseurs des choix scolaires de l’Illinois se battent depuis près d’une décennie pour obtenir des crédits d’impôt. Et pratiquement personne ne pensait qu’un État aussi bleu (et dominé par les syndicats) que l’Illinois ferait volte-face en un rien de temps. Pourtant, c’est exactement ce qui s’est passé.

Semblant sortir de nulle part, les républicains de l’Illinois ont présenté l’amendement “Invest in Kids” à un projet de loi omnibus de dépenses et, puisque le projet de loi contenait aussi une grande partie de ce que les démocrates voulaient, il a été adopté. Le gouverneur Bruce Rauner a ensuite promulgué l’un des plus importants programmes de crédit d’impôt au pays.

De même, dans l’Indiana, en 2009, les écoles catholiques étaient en difficulté et la lutte pour le choix était au point mort. En fait, les perspectives d’élargir le choix étaient si sombres que l’archidiocèse d’Indianapolis a fermé deux écoles catholiques urbaines et s’est efforcé de leur permettre de rouvrir comme écoles à charte. Puis, à peine un an plus tard, les parents à revenu faible et moyen ont eu accès à des crédits d’impôt pour études grâce au crédit d’impôt pour bourses d’études de l’Indiana, et l’année suivante, en 2011, ils ont eu accès à des bons d’études grâce au programme de bourses d’études de l’Indiana’s Choice Scholarship. Un dirigeant diocésain a expliqué que “si le programme de coupons avait existé à l’époque, l’archidiocèse”n’aurait probablement pas choisi la voie de la charte”.

Chacune de ces histoires implique un moment charnière. Un point où l’élan a tellement changé qu’on a cru qu’il s’était passé quelque chose d’impossible.

Malheureusement, les dirigeants des écoles catholiques qui se sont battus pour leur survie sont continuellement découragés. Aucun exemple n’est peut-être plus poignant que celui du réseau des écoles catholiques du Jubilé à Memphis. Jubilee Catholic schools est un réseau de neuf écoles catholiques urbaines qui a été lancé en 1999, rouvrant de nombreuses écoles catholiques auparavant fermées, dans le but d’offrir aux élèves à faible revenu une éducation de qualité. Plus tôt cette année, après l’échec d’une loi du Tennessee sur le crédit d’impôt, le diocèse a abandonné, choisissant de fermer le réseau entier. Beaucoup espèrent que les écoles rouvriront sous forme de chartes, mais le fait que les parents défavorisés de Memphis n’auront plus la possibilité de choisir une éducation catholique pour leurs enfants est dévastateur.

Si la théorie du point de basculement nous apprend quelque chose, c’est que le changement radical survient souvent au moment où on s’y attend le moins. Mais aussi, les partisans des écoles catholiques doivent se rappeler que nous ne pouvons pas faire pencher la balance si nous ne continuons pas à pousser. Nous ne devons donc pas baisser les bras, mais plutôt doubler en nous engageant dans cette nouvelle ère de concurrence et de changement et en poursuivant notre lutte pour la croissance et l’amélioration des écoles catholiques alors même que nous luttons. Ce n’est pas le moment de battre en retraite, mais d’agir avec audace.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!