samedi, février 8

Les 200 prochaines années : Une autopsie des écoles catholiques jubilaires jadis prometteuses

26

Quand le diocèse de Memphis a fermé les écoles catholiques jubilaires jadis prometteuses, j’ai été surpris comme beaucoup d’autres dans la communauté de l’éducation catholique. Que s’est-il passé et que pouvons-nous en apprendre ?

Les points de vue divergent, mais un diagnostic des leçons tirées de ce que nous pouvons voir de l’extérieur de Memphis s’impose. Une autopsie est une occasion de croissance pour apprendre de l’échec. L’autopsie d’une école ou d’un réseau qui a échoué nécessite un examen approfondi pour déterminer la cause et la nature de l’échec, ainsi qu’une évaluation des pratiques ou des caractéristiques qui peuvent être présentes à des fins de recherche, de développement du réseau ou d’éducation. Ces procédures, bien que difficiles, sont vitales si d’autres écoles et réseaux catholiques espèrent éviter le même sort et, au contraire, prospérer dans un marché éducatif toujours plus diversifié.

A voir aussi : Les 200 prochaines années : Une nouvelle série EdChoice

Les bons leaders apprennent de leurs échecs. Pour ce faire, nous devons comprendre ce qui s’est passé à Memphis. Voici ce que j’ai appris d’une autopsie des écoles du Jubilé, ainsi que des solutions pour transformer l’éducation catholique, en particulier dans les communautés très pauvres.

Faites monter les bonnes personnes dans l’autobus

  • Jubilee a demandé de l’aide, mais ce n’était pas suffisant. Les dirigeants catholiques transformateurs ne peuvent pas agir seuls. Travailler ensemble est une capacité requise. Nous tous qui travaillons dans le nouveau modèle des écoles catholiques, nous devons nous tenir debout et apprendre ensemble. Le choc que notre communauté a subi à la suite de la décision de fermer les écoles du Jubilé en est la preuve. Les leaders transformateurs cherchent de l’aide quand ils en ont besoin.
  • Jubilee a lutté pour intégrer les élèves non catholiques dans ses écoles. L’enseignement catholique est complexe, tout comme les besoins des familles et des enfants. Une école catholique réussie a besoin de leaders qui comprennent les élèves, les communautés et les familles qu’ils servent. Certains ne sont pas catholiques, mais ils ont choisi une école catholique. Jubilee s’est battu comme d’autres écoles très pauvres pour résoudre ce problème.
  • Le jubilé s’est arrêté après le départ de son fondateur en 2012. Perdre un fondateur est un défi. Le leadership signifie beaucoup, et les écoles qui réussissent n’atteignent pas l’équilibre tant qu’elles n’ont pas le bon leader. Malheureusement, le Jubilé s’est perdu après le départ de son fondateur, et à l’automne 2018, le Jubilé n’était plus que quelques bureaux dans les bureaux du diocèse de Memphis.
  • Les dirigeants d’écoles catholiques qui réussissent comprennent que si l’éducation catholique doit se poursuivre en Amérique, ce sera un combat. Les écoles publiques n’abandonneront pas volontairement des parts de marché et la plupart des diocèses ne sont pas à l’aise avec un modèle transformationnel qui exige de la flexibilité et parfois même des changements dans la gouvernance, le financement ou les compétences des enseignants.
  • Il est difficile de trouver des dirigeants d’écoles catholiques qui s’épanouissent dans des milieux très pauvres. Les écoles qui réussissent dans tous les secteurs et conservent un leadership et des enseignants qui comprennent qu’il s’agit du travail le plus difficile à faire dans les écoles. Il est tout aussi important de développer votre propre entreprise que la stratégie de recrutement.
  • Trop de dirigeants d’écoles catholiques ont peu d’attentes. Les dirigeants des écoles catholiques sont prompts à accepter une lente baisse des inscriptions, un sous-financement et un taux de roulement élevé des talents comme la norme. Le talent suit le talent. Les bons dirigeants d’écoles catholiques et les bons éducateurs ont des choix. Les meilleurs ont choisi de ne pas choisir Jubilee. Le roulement du personnel enseignant n’a jamais été abordé. Les enseignants restent dans des écoles où ils sont valorisés et engagés par le chef d’établissement, mais les enseignants qui quittent chaque année font partie du récit.

L’argent et la gestion comptent vraiment, vraiment, vraiment

  • Le financement d’une école par la philanthropie seule n’est pas un modèle ou un plan financier sûr. La plupart des nouvelles écoles ou des nouveaux réseaux ont besoin d’un financement philanthropique. Ces fonds sont nécessaires au démarrage, mais on ne doit pas compter sur eux pour soutenir l’école ou le réseau parce que les donateurs abandonnent ou passent à autre chose. Les dirigeants de Jubilee n’ont pas diversifié leurs sources de financement. Lorsque leurs quelques donateurs ont cessé de donner, Jubilee, comme d’autres écoles catholiques, a appris à ses dépens que les donateurs célibataires ou quelques uns ne font pas une organisation financièrement dynamique. La fatigue des donateurs du jubilé était réelle. Lorsque le donateur a quitté la salle de concert, les écoles ont fait de même, et les enfants et les familles ont dû se démener.
  • Jubilee s’en est tenu à un modèle financier désuet pour les écoles catholiques, un modèle qui dépend du financement et des frais de scolarité de la paroisse. Ni l’un ni l’autre n’est faisable dans les collectivités desservies par bon nombre de nos écoles. Les familles n’ont tout simplement pas d’argent. Les paroisses ne sont généralement pas en mesure de financer les écoles par le biais d’une subvention parce qu’elles se trouvent dans des communautés pauvres. Regardons les choses en face : Les modèles de frais de scolarité ne fonctionnent plus en raison de l’augmentation des coûts et de l’éventail des choix scolaires dans de nombreuses collectivités. La définition de la folie, c’est faire la même chose encore et encore en s’attendant à des résultats différents. Les écoles ont besoin de principes de gestion d’entreprise compétents et de revenus prévisibles. Un modèle financier désuet et le choix du leadership de penser dans la tradition plutôt que dans l’innovation sont à l’origine de l’échec à Memphis.
  • Des coupons ou d’autres programmes de choix d’école, comme des bourses d’études donnant droit à des crédits d’impôt, peuvent être nécessaires pour rendre les écoles catholiques abordables pour les familles à faible revenu. Malgré l’appui des parents à l’élargissement des options, les pressions politiques ont empêché le choix de l’école de se concrétiser au Tennessee. Ces programmes, où les fonds publics suivent chaque étudiant, permettent aux familles de choisir la bonne option scolaire pour leurs enfants, ouvrant ainsi la porte à l’éducation catholique qui, autrement, pourrait être fermée selon le modèle traditionnel des frais de scolarité et de la philanthropie seulement.
  • Des partenariats public-privé sont nécessaires. Imaginez si une université, un collège ou un autre organisme sans but lucratif aurait pu intervenir. Le partage d’arrière-guichets ou de personnel crée un financement qui peut attirer de nouveaux donateurs à la recherche d’innovation. C’est exactement ce que va faire le nouveau groupe fondateur, d’après de récents rapports.
  • L’établissement d’un lien entre chaque école et une école confessionnelle prospère afin de partager les ressources aurait pu soutenir ces écoles au-delà du modèle des frais de scolarité et des donateurs. Chaque école pourrait apprendre les uns des autres et les enfants et les familles seraient mieux préparés aux réalités de l’éducation post-scolaire. Se regrouper au sein d’une organisation de gestion d’école privée aurait pu sauver la journée.

Nos enfants méritent le choix de l’éducation catholique, et nous pouvons bénéficier des leçons que les écoles du Jubilé nous ont enseignées.

A lire en complément : Combien d'argent de poche pour vos enfants ?

Les écoles catholiques continueront à décliner ou à connaître un sort similaire à celui de Jubilee s’il n’y a pas de meilleure option que le leadership traditionnel que les écoles catholiques ont offert au cours des 20 dernières années. Les réformateurs au sein de la communauté de l’enseignement catholique reconnaissent que nous devons changer, et nous faisons de notre mieux pour découvrir les meilleures pratiques. La transparence et la collaboration sont le mot d’ordre si vous voulez surmonter les obstacles à la création d’écoles catholiques durables et prospères.

Bien qu’il puisse être difficile de voir l’échec, nous choisissons de ne pas l’accepter, mais plutôt d’en tirer des leçons. Nous croyons au potentiel des écoles catholiques, et un jour, nous savons que les élèves et les familles de chaque ville auront accès à des options durables et dynamiques.

Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!